La musique touchante des intouchables

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mercredi 16 octobre 2013

Réécoute
La musique touchante des intouchables
En Inde, les musiciens du groupe Kabir Kala Manch sont régulièrement arrêtés, considérés comme terroristes pour leur engagement à gauche. Eux s'estiment persécutés en raison de leur condition d'intouchables, en bas de l'échelle sociale. Le système de castes est pourtant officiellement aboli depuis les années 50.


En Inde, il ne fait pas bon critiquer le gouvernement quand ont est tout en bas de l'échelle sociale. Reportage en cliquant ci-dessus.

Ils citent Marx, Lénine et Mao dans leurs chansons. Originaires de la région de Bombay, ils se considèrent comme des activistes culturels mais rejettent toute forme de lutte armée. Pour les intouchables de Kabir Kala Manch, la musique est le meilleur vecteur idéologique qui soit.

Extrait du documentaire que leur a consacré le cinéaste indien Anand Patwardhan

Formés dans les années 2000, les Kabir Kala Manch dénoncent dans leurs chansons les inégalités qui frappent la société indienne. Leur prise de conscience remonte à 2002, une année marquée par de violentes manifestations anti-musulmanes dans le Gujarat, dans l'ouest du pays. Les émeutes avaient viré au pogrom, des centaines de musulmans tués par des hindous.

Emeutes dans le Gujarat, 2002 / DR

 

Considérés comme terroristes pour leurs orientations maoïstes, certains membres de Kabir Kala Manch ont été contraints de vivre dans la clandestinité pendant deux ans. Aujourd'hui, ils ont décidé d'affronter les tribunaux. Deux musiciens croupissent dans les geôles de la police antiterroriste. Ils espèrent être transférés en prison.

Pour le documentariste Anand Patwardhan, les Kabir Kala Manch payent leur militantisme affiché.

L'état est éffrayé par les luttes armées qui ont lieu en Inde. Les dalit (intouchables NDLR) et les aborigènes sont les deux groupes que les mouvements révolutionnaires cherchent à recruter. Car se sont aussi les plus oppressés. L’État devient nerveux quand il entend des gens chanter ces chansons engagées.


 

Même si ses films sont eux aussi très engagés, Anand Patwardhan n'a jamais été inquiété par les autorités. A la différence des Kabir Kala Manch, le documentariste fait partie de l'élite. C'est sans doute à cela qu'il doit sa tranquillité.

Reportage pour le Mouv' signé Charlotte Stiévenard et Änne Seidel.

Commentaires