La lourdeur des tests de grossesse sur Internet

Rien à voir Mercredi 22 octobre 2014

Réécoute
La lourdeur des tests de grossesse sur Internet
Sur l'échelle de la haine, les femmes qui partagent la photo de leur test de grossesse encore humide sont au top.

 

Dans la vie, il est important d'avoir un système de valeurs, un genre d'échelle de la hate qui te permet de classifier autrui en fonction de son degré de toxicité et de pénibilité.

L'échelle de la hate

C'est-à-dire qu'au lieu d'affirmer "'J'aime pas Bernard, c'est un connard", il est plus constructif de justifier son propos et de placer Bernard sur une échelle allant de "Les gens qui méritent que je leur chie dessus" à "Les gens qui méritent que je leur chie dessus, mais au-dessus d'un ventilateur".

Voici par exemple la manière dont, personnellement, je classe l'espèce humaine.

Tout en bas de l'échelle, il y a les gens qui habillent leurs chiens.

 

 

 

Ils sont suivis de très près par ces gens qui habillent leur chien et qui leur mettent aussi un petit chapeau de pluie. On ignore encore quel est leur projet, sauf peut-être l'internement à la demande d'un tiers.

 

 

Viennent ensuite les gens qui, parce que tu as un prénom à consonnance maghrébine, te demandent si tu n'as pas une bonne recette de couscous. Ou encore ceux qui se tournent systématiquement vers toi quand, lors d'une soirée, rententit cette musique :

 

Alors je profite d'être ici pour le dire une fois pour tous à tous ceux qui l'on me demandé: je n'ai pas de bonne recette de couscous, je ne sais pas faire la danse du ventre et je me fous totalement de votre séjour à Djerba.

Viennent ensuite, toujours sur cette même échelle, ces personnes bien trop nombreuses qui utilisent cette expression totalement insupportable et passive-agressive : les gens qui disent "pour info".  D'après mes statistiques personnelles, les gens qui disent "pour info" ne laissaient pas leur voisin copier sur eux à l'école, montent dans le métro avant de laisser les autres descendre, font des guillemets avec les doigts et auraient sûrement balancé Anne Franck à la Gestapo. "Pour info".

"Plus ton utérus grossit, plus ton surmoi s'atrophie"

Et puis enfin, tout en haut de mon échelle, juste avant Khadafi, il y a les personnes qui parlent de leur grossesse en public et sur Internet. Aucun physicien ne s'est vraiment penché sur le phénomène, mais je suis persuadée qu'il y a un phénomène physiologique qui veut plus ton utérus grossit, plus ton surmoi s'atrophie.

 

On ne va pas revenir sur les gens qui, sur Twitter et Facebook, racontent avec force photos les aventures de leur nourrisson. Aventures qui, quand on a 6 mois, se résument la plupart du temps à tâcher de rester en vie.

Le hic, c'est que ça commence bien avant l'accouchement. Désormais, les femmes causent de leur mouflet quand il n'est encore qu'un bâtonnet de test de grossesse plein d'urine. C'est une réelle tendance, celle qui consiste à publier sur Facebook le dit test de grossesse ou la première échographie. Le tout accompagné de commentaires doucereux. Plus cucul, tu tapes direct dans le côlon.

Il convient également de rappeler l'existence de "pipi parties" britanniques. Soit des réunions sur les forums, au cours desquelles les meufs pissent toutes en même temps sur leurs tests de grossesse, et postent la photo du bâtonnet humide.

Une première question se pose, et je m'adresse à toi chère parturiente:

à quel moment est-il question que je ne m'en batte pas totalement la race? 


 

Deuxième question :

à quel moment est-il question que je ne m'en batte pas totalement la race? 


 

Comprenez-moi bien: je suis moi-même dotée d'un enfant personnel et il m'arrive aussi de publier des photos d'elle et de raconter deux trois trucs sur les réseaux sociaux. Mais j'ai eu la décence d'attendre qu'elle soit sortie de mon liquide amniotique.

Et c'est pour tout cela, qu'il faut saluer cette contre-offensive qui se déroule sur internet en ce moment, avec le hashtag #prengancyannoucement. C'est parti de 4chan, mais ça se propage: des internautes publient des images de dessins animés japonais ou de films en y intégrant un test de grossesse positif.

 

Oui, dans l'absolu, ça sert à rien. Mais ton foetus non plus hein.

Nadia Daam


 

> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires