La jeunesse ukrainienne rêve d'Europe

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Vendredi 29 novembre 2013

Réécoute
La jeunesse ukrainienne rêve d'Europe
A Kiev, toutes les universités sont en grève. 60 000 étudiants se relaient pour manifester, dans l'espoir que leur pays accepte de faire un pas vers l'Europe. Peine perdue : le président ukrainien a refusé de signer l'accord d'association et de libre échange négocié depuis des années avec l'Union Européenne.


Marc Crépin a rencontré les étudiants ukrainiens manifestant par -2°. Reportage en cliquant ci-dessus.

C'est une victoire pour Moscou, un statu quo pour l'Ukraine. Jeudi soir au sommet de Vilnius (Lituanie), le président ukrainien a bloqué un compromis de dernière minute visant à relancer les négociations avec l'Union Européenne. Viktor Ianoukovitch a jugé "humiliante" l'aide financière de 600 millions d'euros prévue pour faciliter le rapprochement de l'Ukraine avec les 28.

Place Maïdan, dimanche 24 novembre cc Ivan Bandura

  
Au même moment à Kiev, 6000 étudiants étaient rassemblés sur la place Maïdan, rebaptisée "place de l'indépendance" depuis la révolution orange de 2004. Des jeunes venus de tout le pays chantant l'hymne national pour se réchauffer et scandant "l'Ukraine, c'est l'Europe !".

Journaliste pour une Web TV de Kiev, Irina, 25 ans, y voit un nouvel élan porté par la soif de changement de la jeunesse ukrainienne.

Les étudiants sont la force vive de ce nouveau mouvement, "l'Euro Maïdan". Je rencontre ici de nombreux étudiants de mon ancienne université. Je pense que cette révolution sera celle de la jeunesse, ce qui n'était pas le cas en 2004.


    
Car ce mouvement très organisé tranche avec la spontanéité de la Révolution Orange, qui avait fait tomber le gouvernement comme un fruit mûr. Cette fois, les associations et les organisations étudiantes recrutent bien au delà de Kiev. Les manifestants venus de loin peuvent compter sur un hébergement sur place. Tout est prévu pour tenir le siège de la place Maïdan : de la nourriture jusqu'aux vêtements chauds pour supporter les températures négatives.

Etudiants place Maïdan, dimanche 24 novembre cc Ivan Bandura


Si aujourd'hui, le processus a échoué sous la pression de Moscou (qui redoute un rapprochement commercial entre l'UE et son allié ukrainien), les étudiants ne perdent pas espoir. Le président ukrainien promet de signer ce fameux accord d'association "dans un avenir proche". Une étape incontournable avant une éventuelle intégration de l'Ukraine à l'Union Européenne.

Reportage signé Marc Crépin, correspondant du Mouv à Moscou.

Commentaires