La future "House of Cards" est à Marseille

le Reportage de la Rédaction Vendredi 04 octobre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
La future "House of Cards" est à Marseille
Des dizaines de réalisateurs, producteurs et comédiens sont à Marseille jusqu'à dimanche. Leur point commun : ils diffusent leurs séries sur Internet. C'est le Marseille Web Fest, le plus grand festival de web-séries d'Europe.

 

Augustin Arrivé, de la rédac' du Mouv', est un piètre réalisateur de série. Mais il espère s'en être correctement tiré avec son reportage. Cliquez ci-dessus.

 

Le Marseille Web Fest représente, depuis trois ans déjà, le plus grand rassemblement d'Europe en matière de web-séries. Des équipes de films s'y retrouvent pendant trois jours, venues de toute la planète, de l'Australie (Who Killed Jessica Lane ?) à l'Irlande (Cuckoo) en passant par l'Argentine (Daemonium) et le Liban (Fasateen). Je pensais bêtement y avoir ma place avec ma petite création que voilà :

 

Fear on the Mouv', une web-merde par votre serviteur © Le Mouv', 2013

David Worthen, président du jury du Marseille Web Fest © Augustin Arrivé

 

"C'est mal joué et réalisé avec les pieds." David Worthen, le président du jury, m'assassine. "Mais en même temps peu importe. C'est ce qui fait le charme de ce nouveau média : pour peu que ta vidéo soit bien exposée, elle peut avoir du succès." Je sens qu'il n'y croit pas vraiment. House of Cards n'a pas obtenu neuf nominations aux Emmys juste pour une question de plan marketing.


 Il redevient sérieux : "ce qui fait qu'une websérie est efficace, c'est sa jeunesse et sa vitalité. Parce que ce média s'adresse à des jeunes qui ne supportent plus de s'asseoir devant une télé et de regarder uniquement ce qu'on leur propose. Ils vont chercher eux-même sur internet les programmes qui leur ressemblent." En matière de vitalité, en effet, H+, la dernière création de Brian Singer, vaut son pesant de clics :

 

 

Lance Sloane, responsable du numérique au sein de la Warner, venu présenter la deuxième saison du programme, est conscient de la chance qui est la sienne : "nous vivons encore une période d'expérimentation dans les web-séries. On peut tenter des choses dans la façon dont diffuse les contenus. Ce n'est pas possible dans le cinéma, où il y a trop d'argent en jeu." La publicité n'a pas encore trop parasité les séries du net.


Christine Lakin, réalisatrice en compét' avec Lovin' Lakin © Augustin Arrivé

 

Christine Lakin est du même avis. Vous l'avez peut-être connue enfant dans Notre belle famille, sitcom datée de M6. Elle réalise aujourd'hui Lovin' Lakin, et elle apprécie sa liberté.

 

"On est une toute petite équipe, on tourne à deux caméras, dans les endroits que l'on veut. Et on a le director's cut." Effectivement, pas sûr que l'ambiance des énormes studios hollywoodiens permette ce genre d'ambiance à la fraîche.

 

C'est pour ça que je pense que c'est très important que de nouvelles plate-formes puissent continuer à apparaître. Internet se tranforme en télévision indépendante, d'une certaine façon. Elle prépare déjà un deuxième webshow qui s'appellera Valet.

 

 

 

La France n'est pas à la traîne en la matière. Jean-Michel Albert, le président du festival, assure qu'il y a de grands talents chez nous. Mais peut-être un peu trop de comédies à son goût. "On ne devrait pas se cantonner à ce registre. Surtout que c'est souvent pour des raisons culturelles : on a l'habitude de faire des films comiques parce qu'il parait que c'est plus fédérateur."

 

Il aimerait davantage de fantaisie, d'autant que "sur internet, on s'adresse au monde entier, on ne se limite pas à nos petites frontières". La série interactive 3x3, de Damien Javelle, semble parfaitement exportable. Le pitch, comme disent les amateurs de brioches, est en tout cas séduisant :

 

 

Je ne vais pas vous sortir la liste complète. Vingt-cinq web-séries sont en compétition, sans compter la sélection parallèle, "Another Look", composée uniquement de programmes indépendants. Il y a de quoi passer de belles heures devant les écrans. On en oublierait presque d'admirer la Méditerranée.

 

> Plus d'informations sur le festival par ici !

Commentaires