La foldingue Diagonale des fous

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 21 octobre 2013

Réécoute
La folle diagonale des fous
La 21e édition de l'une des courses de trail les plus folles du monde a eu lieu la semaine dernière sur l'île de la Réunion. 163Kms de parcours pour 10Kms de dénivelé. L'équivalent de l'escalade de trente tours Eiffel en courant. Fastoche.

 

Raphaël Godet est complètement déglingo. Il s'est porté volontaire pour courir la Diagonale des fous. Et il n'était même pas essoufflé au moment de parler au micro. La preuve ci-dessus.

 

Officiellement, la course s'appelle simplement le Grand Raid. Mais ça fait bien longtemps qu'on ne la désigne plus que par son surnom, beaucoup plus évocateur : la Diagonale des fous. "Diagonale" parce que le parcours, long de 163Kms, traverse l'île de la Réunion de part en part, entre Saint-Pierre (sur la côte sud-ouest) et Saint-Denis (au nord). "Fous" parce que, vu de l'extérieur, s'infliger un tel effort peut sembler relever de la psychiatrie.

 

Interview, avant le départ, de l'Espagnol Kilian Jornet, vainqueur des éditions 2010 et 2012 © Raphaël Godet

 

Ils sont pourtant plus de 2.000, cette année encore, à avoir relevé le défi. Un tiers a dû abandonner en route. Le dénivelé (10.000m de montée), la distance (quatre marathons d'affilée), la fatigue (le parcours est réalisé de jour comme de nuit, sans sieste) et les obstacles (la nature sauvage réunionnaise a encore causé quelques blessures) ont fait des ravages.

 

Un faux plat entre deux vraies montées sur la Diagonale 2013 © Grand Raid - Jean-Pierre Vidot

 

L'Histoire retiendra que François d'Haene a remporté l'épreuve. Quand ce kiné lillois de 27ans a passé la ligne d'arrivée, le compteur affichait 22h58. Ce n'était pas la pendule, c'était le chronomètre. Quasiment 23 heures de sprint ! Mais ce n'est rien par rapport au dernier arrivé, Yoannes Dano, qui a mis 65 heures et 13 minutes pour boucler le circuit ! Ce militaire de Mayotte souffrait alors d'une double tendinite et d'un épanchement de synovie (un problème articulaire au genou).

 

François d'Haene, vainqueur de l'édition 2013, vendredi soir à Saint-Denis © Grand Raid - Jean-Pierre Vidot

 

Un peu plus tôt, dimanche matin, le doyen de l'épreuve, Serge Morisse, soixante-dix printemps, était accueilli en héros, à la 1.193e place, après 59h de crapahutage. Petite déception en revanche pour l'Espagnol Kilian Jornet, que Raphaël Godet avait interviewé avant le départ (ci-dessus), arrivé 22e à cause d'une blessure à un genou alors qu'il visait le podium.

 

Et parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par ici.

 

Commentaires