La crise de la presse... mais quelle crise?

Rien à voir Mercredi 23 avril 2014

Je ne vous apprends rien. C'est la crise de la presse. C'est même complètement chaud pour la gueule de la presse.

D'abord, on apprenait hier grâce aux chiffres communiqués par l'OJD que pour la presse magazine française, 2013 avait été un annus horribilis. Et non, par annus horribilis, je ne fais pas encore référénce à Christophe Barbier, mais il en sera question dans un instant, ne vous inquiétez pas.

 

 

-5% donc pour la diffusion payée des magazines, c'est vraiment pas la fête.

Notons tout de même qu'un titre parvient à tirer son épingle du jeu: c'est le magazine "Valeurs actuelles" que l'on qualifiera pudiquement de magazine de droite. Le mag a enregistré une hausse de sa diffusion de près de 10%.

Une hausse que personnellement je ne m'explique pas.  Peut-être que le service marketing du magazine a eu la brillante idée de glisser des goodies chaque semaine: un drapeau de la manif pour tous, un bonnet phrygien, voire une tappette géante à Roms... je ne sais pas. mais tout est possible avec Valeurs actuelles.

Mais pour tous les autres titres, c'est la merde. Le journal Libération est exsangue et attend de savoir s'il va se transformer en Starbucks ultraconnecté, le journal le Monde se met enfin sérieusement au numérique pour contrer la baisse des ventes en kiosque... Bref, c'est la crise velue. Mais cette crise est doublée d'une autre crise, une crise de type sanitaire.

A en croire les seaux de merde qu'elle nous a deversé sur la tête hier, la presse française souffre d'une gastro-entérite carabinée.

La presse, du moins une partie de la presse, nous a littéralement déféqué sur le coin de la gueule alors qu'on avait rien demandé.

Tout a commencé comme souvent avec le news L'express. Chaque semaine, sur twitter, on attend fébrilement la photo de la une de l'express de la semaine en avant-première. Et a chaque fois, le suspense est insoutenable: va-t'on avoir droit à une Une sur ces musulmans qui veulent nous manger en boulettes dans leur couscous hallal et voiler nos femmes?

Ou une Une moins tapageuse mais tout aussi déprimante sur les francs-maçons, l'immobilier, ou les francs-maçons qui détiennent l'immobilier

Hollande et ses femmes

Non, cette semaine, on a eu droit à un autre grand classique: la bonne vieille Une misogyne.

Une Une qui dit "hollande et ses femmes " avec en photo, le chef de l'Etat, entouré par l'actrice Julie Gayet, l'ex-première dame Valérie Trierweiller l'actuelle ministre Ségolène Royal.


Personnes qui ont un point commun: elles ont toutes un vagin. Et ça ça suffit a faire une Une et même un dossier sur ces femmes et à les présenter comme une ruche planant de manière menaçante autour du chef de l'Etat. Ca ne vous rappelle rien ? Moi si

 

Et oui! l'Express a jugé bon de traiter l'actualité comme un épisode du Miel et les abeilles, voire du Bachelor. Parce que le chômage, le déficit, Aquillino Morelle, on s'en fout!  Ce qu'on veut, c'est savoir à qui François Hollande va donner la rose.

Enfin, c'est ce que l'Express semble croire.

Mais c'est pas tout. Parce que la journée d'hier a décidement brillé de mille feux. Le journal le Progrès a lui aussi fait caca partout.

Racisme décomplexé

Le quotidien régional a publié hier un dossier sur la délinquance dans le Rhône. Avec à l'intérieur, un cadeaux bonux: une infographie remarquée et publiée sur twitter. Une infographie qui délivre dans la plus grande illégalité la répartion des actes de délinquance par nationalité.


 

Cambriolage: Géorgiens, Albanais, Roms, gens du voyage, locaux (groupes des cités toxicomanes, autres)


Ou l'on appprend donc que Roms c'est une nationalité. Tout comme locaux (parce que français de souche, c'est déjà pris par Valeurs actuelles). Et ma foi, je sais pas pour vous mais j'irais bien un jour dans ce beau pays qu'est la toxicomanie.

On continue

Vol de ferraille: Roms et gens du voyage.


 

Et là, on est bluffés, le Progrès fait donc la différence entre roms et gens de voyage. c'était pas gagné

 

Prostitution: Africaines, Roumaines, bulgares, Albanaises, Roms, Russes, Ukrainiennes.


Et ma foi, les Africains doivent être ravis de découvrir qu'ils viennent de ce beau pays qu'est l'Africanie.

Faut-il le préciser: cette infographie est raciste, illégale (depuis 1978 le fichage ethno-racial est interdit), bête à pleurer, mais surtout beaucoup trop timide.

Tant qu'à faire dans le racisme décomplexé, fallait taper un grand coup, et coller des méfaits sur tous les fronts: les Juiifs, les Chinois, les Tunisiens, les Franc-maçons, les Pakistanais, les Gitans, les romanichels, les voleurs de poules, les bicots, les bougnoules...

Bah oui, tant qu'à ne pas s'embarrasser de la loi et des termes exacts, autant y aller dans le racisme le plus bas du casque... A pointes les casque...

Oui, la presse est en crise, et elle ferait bien de se soigner au plus vite.

 

 

 


Suivez Nadia Daam sur Twitter

Toutes les chroniques "Rien à voir"

Tous les émissions "Le 12:30"

Abonnez-vous au podcast : RSS & iTunes

Commentaires