La cantatrice qui n'existait pas

le Reportage de la Rédaction Mardi 12 novembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
La cantatrice qui n'existait pas
Hatsune Miku se produit ce soir au théâtre du Châtelet et en streaming sur lemouv.fr. Pourtant, cette chanteuse d'opéra n'existe pas. C'est un hologramme en 3D avec une voix électronique qui connait un succès surhumain.

 

Le Mouv' vous offre la retransmission vidéo en direct de l'opéra d'Hatsune Miku au théâtre du Châtelet :

 

 

Hatsune Miku, en japonais, signifie "le premier son venu du futur". C'est aussi le nom d'une popstar au succès mondial. Hatsune Miku n'a pourtant pas de caprice de star, elle ne prend pas beaucoup de place dans les loges, et pour cause : elle n'existe pas. C'est un vocaloïde, un hologramme avec une voix électronique, animé par ses fans. Une héroïne au destin participatif : chacun peut, sur Internet, s'en emparer et lui faire chanter de nouveaux textes (exemples plus ou moins supportables en cliquant ici ou ).


Teaser de The End, Vocaloïd opera, par Keichiro Shibuya © Théâtre du Châtelet, 2013

 

L'opéra que vous pourrez admirer ce soir en même temps que le public du Châtelet s'intitule The End. Déjà joué à Hong-Kong, Taiwan, Shanghai ou Los Angeles, il attire des milliers de curieux devant les trois écrans géants dressés pour l'occasion. Pendant une heure et demie, on y projette une japanimation spectaculaire. Les spectateurs sont conquis : "On finit par oublier que la personne qui est sur scène n'est pas humaine", "C'est comme être fan de Katy Perry ou d'Adèle, pas de différence"...

 

Projection d'Hatsune Miku sur triple écran au théâtre du Châtelet

 

On en reparlera quand Adèle aura des couettes vertes. Hatsune Miku regroupe tous les clichés du kawaï : yeux gigantesque sur nez effacé, couleurs flashy et animaux de compagnie. A ceci près que cet androïde parle de mort, d'oubli et d'évolution des relations humaines. D'où le titre de l'oeuvre. "Il y a dix ans, on n'aurait pas pu s'émouvoir avec quelque chose d'artificiel", estime le compositeur, Keichiro Shibuya. "Mais la société, l'humain et la technologie ont changé."

 

Hatsune Miku flottant entre la vie et la mort © Théâtre du Châtelet, 2013

 

Le directeur du théâtre du Châtelet, Jean-Luc Choplin, espère attirer avec ce spectacle toutes les générations, et ainsi renouveler le public des maisons d'opéra. "On ne peut pas être figé en permanence dans une seule et même forme artistique, il faut vivre avec son temps." La querelle des anciens et des modernes ne passera pas par lui : "J'ai presque pleuré quand elle pleurait." Laissez-vous convaincre.

 

Rendez-vous à 20h ce mardi 12 novembre pour profiter de The End, Vocaloïd Opera, une oeuvre hors du commun en streaming sur lemouv.fr.

Plus d'informations sur le site du théâtre du Châtelet, à Paris.



Commentaires