L'ethno dub cosmique de High Tone

Docteur Beat Mercredi 14 mai 2014

Réécoute
L'ethon dub cosmique de High Tone
Tous les mercredis à 20h45 dans Hashtag Le Mouv' d'Emilie Mazoyer, Docteur Beat passe au scanner toute l’actualité de la musique électronique et du clubbing. Cette semaine, Ekphrön, le 6ème album studio du groupe de dub lyonnais High Tone.

Il n’y a pas que la techno et le clubbing dans la vie, il y a aussi le dub, cette autre musique venue de la Jamaïque. On sait combien de musiciens en Angleterre se sont approprié les techniques du dub, qu’ils ont apprises avec leurs copains issus de l’immigration jamaïcaine. Je pense aux Clash, aux Stranglers sans oublier, plus près de nous, le trip hop de Bristol avec Massive Attack, Tricky ou Portishead. Mais la France n’a vraiment pas à rougir : il existe depuis la fin des années 90 une très grosse scène dub. Certes ils ne font pas la couverture des magazines, ne passent beaucoup à la radio, mais ils ont un public fidèle qui les suit nombreux sur les routes. Et le dub français a son Don Quichotte, l’infatigable journaliste Frédéric Peguillan, animateur du Télérama Dub Festival, et lui à propos de ce disque de High Tone parle « d’hallucinant périple sonore ».

Ekphrön, le 6ème album de High Tone sur le label Jarring Effects

Comme souvent dans l’histoire des grandes inventions, tout est parti d’une erreur. En 1967 un ingénieur du son de Kingston connu sous le pseudo de King Tubby va par erreur graver un morceau de reggae sans la piste de voix, seulement avec la rythmique et les effets – inutile de vous préciser ce qu’il avait fumé ! Le résultat c’est une espèce d’instru amélioré, saupoudré d’effets psychédéliques où la basse et la batterie sont très en avant dans le mix. On a tous dans l’oreille les infrabasses étouffées caractéristiques du dub. Ce morceau a été diffusé par un DJ et là gros succès dans les sound-systems de Kingston. La mode était lancée et tout le monde s’est mis à demander à King Tubby les versions dub de leurs morceaux.

King Tubby, l'ingénieur du son jamaïcain qui a inventé le dub

High Tone a toujours cherché à faire vivre le côté traveller et sono mondiale de la scène dub en allant récolter des sonorités partout sur la planète : Afrique, Amérique latine, Moyen-Orient et même Bollywood ! En live, ils délivrent une musique puissante, karmique, et quand on assiste à un de leurs concerts, c’est difficile de résister aux généreuses déflagrations telluriques qu’ils nous balancent. Le groupe vit avec son public un intense moment de communion et de danse. Et c’est bien pour ça que le dub a toute sa place dans la grande famille des musiques électroniques.


 

> Retrouvez toutes les chroniques de Docteur Beat

> Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

> Suivez Antoine Dabrowski sur Twitter : @DJPomPomBoy

Commentaires