L'éduc pop' à l'heure du 2.0

le Reportage de la Rédaction Mercredi 11 décembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
L'éduc pop' à l'heure du 2.0
Porté par différents mouvements associatifs et politiques depuis le 17ème siècle, l’Éducation Populaire tente un lifting grâce aux nouveaux outils du numérique. C'est l'un des enjeux des rencontres de l'Observatoire de la Jeunesse aujourd'hui à Paris.


Cécile de Kervasdoué a rencontré les acteurs de l'éducation populaire numérique. Reportage en cliquant ci-dessus.

C'est l'un des pères de l'éducation populaire. En 1792, Condorcet, grand réformateur du sytème éducatif, la définissait ainsi :

Tant qu'il y aura des hommes qui n'obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions d'une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auraient été brisées, en vain ces opinions de commandes seraient d'utiles vérités; le genre humain n'en resterait pas moins partagé entre deux classes : celle des hommes qui raisonnent, et celle des hommes qui croient. Celle des maîtres et celle des esclaves !


       
Depuis sa création, ce courant de pensée a été porté par des mouvement chrétiens, les fouriéristes, le Front Populaire et plus proche de nous, par différents mouvements ouvriers.

Quatre siècles plus tard, l'éducation populaire dépend du ministre des Sports. Elle cherche à se réinventer sans perdre de vue ses fondamentaux : "le savoir pour tous et par tous". Des thèmes discutés à l'occasion des Rencontres de l'Observatoire de la Jeunesse aujourd'hui à Paris.

   
Cette année, 400 personnes assistent aux rencontres. Les acteurs traditionnels de l'éduc' pop', rejoints par ceux du numérique qui se réclament depuis longtemps de cette éducation populaire 2.0. Parmi eux : les férus du wiki et du logiciel libre : Wikipedia, Framasoft (un réseau dédié à la promotion du libre), la fondation Mozilla ou encore l'association Zoomacom, qui milite pour l'appropriation collective des usages des outils numériques.

Pour les croiser, rendez-vous au NUMA, un nouvel espace de co working pour startups dans le quartier du Sentier à Paris. Les acteurs du libre encouragent ceux de l'éduc' pop' à former les jeunes à l'usage de ces nouveaux outils. Pour eux, le web est le nouvel espace consacré de l'éducation populaire. Un lieu où la connaissance circule et se partage gratuitement et sans barrières.

Le Numa, à Paris © Cécile de Kervasdoué, Le Mouv'

    
Mais pour apprendre, se cultiver et faire partager ses connaissances sur le web, il faut déjà savoir lire et écrire. Nathalie Boucher Petrovic, chercheur en sciences de la communucation et de l'information à l'université Paris XIII.

Internet, c'est beaucoup d'images, mais aussi beaucoup d'écrits. Certains n'auront pas la compétence d'y participer, même s'ils en ont l'envie. C'est l'un des grands enjeux de l'éducation populaire sur le web.


   
D'où la nécessité de créér du lien entre les internautes, d'encourager un regard critique sur les contenus et sur l'outil numérique dans son ensemble. Sur ce point, les acteurs du libre et de l'éduc' pop' traditionnelle sont au diapason. Ils partagent aussi une certaine défiance vis à vis des grandes major du web (Google, Apple, Facebook...)

Pas sur que Condorcet aurait aimé partager ses concepts sur un mur Facebook, entre une partie de Candy Crush et une pub pour les meubles en kit.

Reportage pour le Mouv' signé Cécile de Kervasdoué.
Illustration de couverture : cc Flickr / British Council Russia

Commentaires