L'autre Hemisphere de la surveillance

L'actualité numérique Mardi 03 septembre 2013

Réécoute
L'autre Hemisphere de la surveillance
Après l'affaire Prism et les révélations d'Edward Snowden, on est au courant : le renseignement américain écoute tout le monde. Problème supplémentaire : ce ne sont pas les seuls.

 

Le New York Times a révélé l’existence d'un programme développé par la DEA, la Drug Enforcement Agency (les stups en gros) et AT&T, l’un des plus gros opérateurs téléphoniques des Etats-Unis.  Baptisé Hemisphere, ce programme, même s’il n’a que sept ans, permet aux autorités de farfouiller dans des conversations téléphoniques qui peuvent remonter jusqu’à l’année 1987. Oui oui, 1987, soit des appels qui ont pu être passés par un dealer il y a 26 ans.

Bien sûr, ça doit servir à coincer les méchants, comme dans The Wire.

 

Sauf que les associations de défense des libertés publiques s’inquiètent déjà d’une possible violation du Quatrième amendement de la constitution américaine, censée  protéger les citoyens contre les perquisitions abusives.

C’est le problème quand vous interceptez des kilomètres de communications et que vous les gardez pour une durée indéterminée, au final, vous vous rendez compte que les trous de votre tamis sont peut-être un peu trop gros ...

Suivez Olivier Tesquet sur Twitter

> Toutes les chroniques "Suivez le Geek"

> Abonnez vous aux podcasts

Commentaires