L’Europe on s’en fout!

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Jeudi 22 mai 2014

Réécoute
L’Europe on s’en fout !
Abstention, désintérêt, percée historique des eurosceptiques. Les élections européennes qui démarrent en ce moment au Royaume-Uni et au Pays-Bas ne font pas rêver les foules. En France, où l'on vote ce dimanche, les derniers sondages du Parlement Européen donnent les eurosceptiques du FN en tête avec 23% d’intentions de vote.

 

Paradoxalement ce sont les les jeunes qui sont les moins euro-enthousiastes. En 2009 déjà, 70% des jeunes français s'étaient abstenus. Curieux, lorsqu’une récente étude du Parlement Européen montre que 70% des jeunes européens voient pourtant l’Europe comme un atout.

 

Devant le métro Europe à Paris, ces lycéens votent pour la première fois.

 

Y’aurait pas, comme qui dirait, un petit problème de communication ?

C’est le nerf de la guerre de toutes élections. Seulement depuis sa création, l’Union Européenne (UE) a un budget communication ridicule. Il ne cesse d’augmenter mais il n’est pas à la hauteur. Depuis 2009, des efforts ont été faits au niveau du Parlement Européen pour personnaliser la politique européenne : présence sur les réseaux sociaux, affichage, débat télévisé et clip de campagne...

 

Mais rien n’y fait, la communication européenne reste très institutionnelle et ennuyeuse, d’où le désintérêt croissant des citoyens. Comment s’intéresser à des feuilles scribouillées de termes techniques, dans un franglais approximatif, sur feuilles A4 à peine mis en page ?

 

Un outil de communication typique au Parlement Européen.

 

C’est contre cette communication "à la papa" que des jeunes de la bulle européenne se mobilisent. Gauthier Bas et Charlélie Jourdan ont créé il y un an une agence de communication, Old Continent, pour parler d’Europe autrement. La jeune-fille explique :

L'Europe c’est avant tout une plateforme de discussion. Les Eurosceptiques en font un gouvernement tout puissant qui écraserait les états membres. La vérité c’est que ce sont les Etats membres eux même qui abandonnent volontairement leur pouvoir pour mettre en place des politique collective comme Erasmus. Ca il faut l’expliquer ! Sinon les citoyens ont l’impression que l’Europe se fait en douce contre eux.


 

L’agence a donc lancé toute une série de vidéo, web série, tee shirts, fiction avec une obsession rendre l’Europe plus visuelle et donc dans un monde connecté : plus réelle !

 

Des vidéos comme celles-ci sont légion sur la Toile: elles sont drôles, sévères, brutales, plus convenues... Mais l’objectif reste le même :  pousser les citoyens à aller voter.


Retrouvez les eurobulles de Cécile de Kervasdoué... et les reportages européens ici, , et encore .

Reportage et mise en page : Cécile de Kervasdoué.

Image de couverture © Old Continent.

 

Commentaires