Jen selter ou l'art du "buttfie"

L'actualité numérique Mardi 21 janvier 2014

Réécoute
Jen selter ou l'art du "buttfie"
Jen Selter est une jeune Américaine. Elle est devenue une star de l'Internet. Son secret ? Une paire de fesses que d'aucun qualifie de "derrière le plus incroyable du monde ". Tout simplement ? Tout simplement.

 

Jen Selter est une jolie New Yorkaise de vingt ans. Quand elle dit qu'elle n'aurait jamais cru si on lui avait annoncé que son bouli allait devenir le popotin de le plus célèbre d'Instagram, honnêtement on veut bien le croire.

Parce qu'il faut voir le truc. Jen Selter et son derrière de l'Enfer, c'est deux millions de followers sur Instagram, 570 000 fans hardcore sur Facebook, et surtout une logique imparable : il n'y a jamais de mauvais moments ou de mauvais endroits pour poster une photo de son fessier.

Asstagram

Résultat, toutes les occasions sont bonnes. Imaginons une petite situation. Jen est là, chez elle. Elle s'ennuie. Disons qu'elle s'ennuie dans son salon par exemple. Et là, que fait-elle à votre avis ? Oui, bon vous avez compris la démonstration, elle dégaine son téléphone portable la Jen, sa petite voix intérieure soliloque, et elle se dit :

Tiens, si je faisais une photo de mes fesses dans une position improbable ? 


 

Et elle fait donc une photo de ses fesses dans une position improbable. La photo effectuée, elle la poste et c'est énorme, comme si vous étiez un joueur compulsif, un barjot de machines à sous et que vous gagniez le jackpot à chaque fois ; avec Jen, ce sont les likes qui pleuvent. Le tarif syndical pour chaque photo, c'est 150 000 likes. Sans compter les sempiternels deux mille commentaires à base de "wesh t'es trop mignonne", " t'es mon idole Jen ", " Jen, ton corps est incroyable ", " hey fais péter ton numero de téléphone ", " ouhlalala je kiffe trop ton boule ". (Cette traduction de l'anglais vers le français est possiblement légèrement approximative).

Toujours est-il que quand je vois que je suis content personnellement quand j'en fait cinquante avec mon compte Instagram à moi, je pourrais en pleurer.

 

Petit précis de gain de followers

Manifestement, Jen Selter s'est donné un mal fou pour en arriver là. Après s'être inscrite sur Instagram en mars 2012, elle s'est rendue compte que poster des images de son corps marchait plutôt pas mal, et qu'en plus, d'autres comptes republiaient régulièrement lesdits clichés. Dès lors, elle s'est appliquée à demander systématiquement qu'on la crédite. Technique gagnante. Son nombre de followers n'a pas tardé à exploser. 

Et puis, selon une logique marketing infaillible, quand elle a atteint les 300 000 followers, des vautours nommés Nike, New Balance et tout un tas de marques du même acabit n'ont pas tardé à rappliquer, sentant bien le bon filon. À tel point qu'aujourd'hui, Jen vit essentiellement de ses sponsors et fait même office de porte-parole pour des marques d'eau et de compléments alimentaires.

Après, on ne va pas se mentir, c'est un peu répétitif  à la longue son truc. Parce que concrétement, une fois qu'on a fait un buttfie au gymnase, dans l'ascenseur, après le jogging, avant l'entrainement, devant sa fenêtre, etc. on a beau avoir un derrière magnifique, on finit par tourner en rond.

Alors d'accord, un tel dévouement, c'est impressionnant, alors d'accord, elle a un fessier incroyable, mais bon, si on arrête de penser avec un pénis à la place du cerveau et/ou un anneau gastrique en guise d'estomac, on finit par en arriver à la conclusion inévitable que la démarche de Jen est un peu débile.  

 

Détracteurs

Donc résultat, elle a fini par s'attirer des détracteurs. Mais attention hein, les contempteurs en question ne se moquent pas de ce qu'elle fait à proprement parler. Non, ce qui les interpellent, ce qui les agacent, c'est qu'ils sont persuadés que s'est fait implanter de faux fessiers. Ou pire, qu'elle retoucherait ses photos sur Photoshop. J'avoue, ça se fait pas trop la vérité.

Mais Jen, intouchable, n'en a que faire, même si sa vie a fini par changer. Celle qui est même suivie par Rihanna ne peut plus sortir sans qu'on la reconnaisse et surtout, qu'on reluque son derrière par extension. En même temps, c'est un peu tard pour faire la malheureuse. 

Mais Jen est loin d'être idiote. Et quand des journalistes lui font remarquer qu'elle ne poste pas beaucoup de selfies traditionnels, sa réponse suinte une lucidité rare :

C'est vrai, je poste pas beaucoup de photos de mon visage. Mais les gens ne veulent pas voir mon visage.


 

Pas mieux.


Loïc H. Rechi

Toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

Toutes photos issues du compte instagram de Jen Selter

Commentaires