Je vous ai compris !

La livraison de la semaine Vendredi 01 février 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Je vous ai compris !
Cette semaine on parle du téléfilm graphique "Je vous ai compris", diffusé ce soir à 22h15 sur Arte. Cette fiction historique réalisée par Frank Chiche (aidé par Georges Fleury) nous plonge à Alger, en juin 1961 pendant le putsch des généraux. Entretien avec le réalisateur...

 

L'histoire : Algérie, avril 1961. Tandis que quatre généraux français fomentent le putsch d'Alger, Jacquot, jeune soldat, est brusquement confronté à l'horreur de la guerre dans le djebel. Photographe boiteux et fils d'agriculteur, Thomas, lui, se laisse tenter par l'OAS, alors que Sarah, partisane de l'Indépendance, vit dans la clandestinité depuis qu'elle a posé une bombe dans un café quelques années plus tôt. Quant à Malika, en rupture avec son père gaulliste, elle rejoint les rangs du FLN, auprès de son amoureux Ali, petit chef de la Casbah, coupé de sa hiérarchie. Des destins croisés, emportés dans la tourmente de l'histoire.

Sélection & prix
  • Festival des Films du Monde de Montréal
  • Prix de la meilleure Direction Artistique - Festival de la Fiction TV de La Rochelle
  • Festival International du Cinéma Méditerrannéen de Montpellier
  • Festival Tous Ecrans de Genève
  • Festival Regards Jeunes sur la Cité
  • Festival de la BD d'Angoulême

 

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Le titre du film fait référence à cette fameuse phrase du Général de Gaulle, lors de sa visite à Alger en 1958.

Le souci c'est que le FLN comme les partisans de l'Algérie française ont pris cette phrase comme bon leur semblait...

 

Toutes les informations sur le contexte historique ici

Voici un extrait du film

Voici un autre extrait du film

 

 

Cette histoire a également été déclinée en BD animée, pour les tablettes numériques.

 

 

-----------------------------------                                       ----------------------------------

Retrouvez l'émission avec Jean-Pierre Mocky et Olivier Kissita dans son intégralité ici

Commentaires