Je suis une femme et j'adore changer des couches

L'Actu au Karcher Mercredi 10 juillet 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Je suis une femme et j'adore changer des couches
Hommage à Valérie Pécresse, cette ancienne ministre qui se bat pour le droit de la femme à changer une couche sans l'aide de son mari. Même si, honnêtement, le meilleur dans la maternité, c'est quand même de se lever toutes les 3 heures pendant que Monsieur dort, non?

 

Ah Valérie Pécresse...  le sourire bright tout droit sorti d’un film d’horreur, un peu comme celui de la poupée Chucky, vous saisissez l'angoisse.

La plupart du temps, cette ancienne ministre s’embourbe dans des faux calculs ; glisse un tacle aux banlieusards au passage, qu’elle accuse de venir polluer Paris ; pense que Facebook a été inventé en 2009 au lieu de 2004.

Mais tout ça, c’était avant qu’elle défende avec tellement de joie la cause féministe.

N’écoutant que son courage de mère, la-voilà qui se jette dans le feu médiatique, qui nous explique que les mecs n’aiment pas changer les couches et que cela ne sert à rien qu’ils prennent un congé parental quand l’enfant est minuscule, autant qu’ils se prennent 6 mois au moment où le bébé sera devenu ado. Moment où les problèmes seront bien plus importants que les petites crottes de bébé. Là, avoir un mec à la maison, ce sera utile !

Bon, avant tout chose Valou, je t’ai démasquée : fallait pas te donner toute cette peine pour crier ton désespoir. Oui, on sait que tes deux ados ont 15 et 16 ans, que sans doute ils sont crispés par mille problèmes existentiels et environ le même nombre de boutons d’acné, on est tous passés par là. Mais ça ne sert à rien de faire les gros titres pour régler tes petits soucis persos.

[Là, pour la compréhension de ce qui suit, je vous invite à écouter cette chronique plutôt qu'à la lire. Déjà pour entendre ma voix (!), et parce qu'à ce moment-là précisément, je me fais marabouter] 

Alors où j’en étais ? Oui, je disais que Valou était une formidable personne : elle ose dire tout haut ce que nous sommes des milliards à penser tout bas, quand on arrive à penser, nous les femmes.

Oui, j’adore changer des couches. On se sent tellement proche de bébé dans ces moments privilégiés.

Mais tu sais Valou, je crois que ce que je préfère, c’est me lever la nuit toutes les 3 heures… Je n’avais jamais réussi à avoir d’aussi belles cernes avant, même pas l’année où j’ai tenté le brevet pour la cinquième année consécutive…

Quoique, compter combien de biberons, savoir combien d’eau et combien de lait on met, c’est tellement génial aussi. Tu te rends compte, tu deviens bon en calcul mental, tu refais tes tables de multiplication dans ta tête… Pour moi qui n’aie jamais eu mon brevet, j’ai l’impression de progresser un peu plus chaque jour.

Bon, par contre, t’as oublié un argument Valou, pour les rendez-vous chez le pédiatre, c’est quand même pas très sympa que mon chéri d’amour rentre si tard du travail, ce qui m’embête c’est que je n’ai jamais su conduire, à vrai dire ça me choque les femmes qui conduisent, c’est comme les femmes qui fument, c’est tellement masculin. Et encore, on m’a dit qu’il y avait des filles qui sortaient entre elles, qui se faisaient des bisous, je me demande laquelle fait l’homme, laquelle fait la fille, l’homme ça doit être celle avec les cheveux courts… enfin je divague. Tout ça pour dire que je n’arrive pas à aller chez le pédiatre toute seule, en plus, tu sais comment sont les femmes, je n’arrive pas à me repérer, c’est infernal…

[Deuxième appel, je vous invite à cliquer sur play plutôt qu'à lire cette chronique, je répète, deuxième appel. Vous saurez ainsi comment et par qui j'ai été maraboutée. Le suspense est à son comble.]

[Troisième appel : en plus, vous saurez pourquoi cette chronique est collée au sourire de Beetlejuice]

 

Elodie Font

Abonnez-vous au podcast de l'Actu au Karcher > RSS & iTunes

Commentaires