J'adore Noël

Rien à voir Jeudi 04 décembre 2014

Réécoute
J'adore Noël
Les fêtes de fin d'année constituent une source de joie inépuisable. Ou pas.

 

Je voue un amour inconsidéré aux fêtes de fin d'année et plus précisement à Noël. Et c'est vrai que si vous avez suivi ces chroniques, vous avez pu avoir l'impression erronée que je n'aimais pas grand chose dans la vie et que j'étais globalement assez peu tolérante. C'est faux, j'aime bien mon enfant personnel, les pâtes, la série Engrenages, Noël et... c'est à peu près tout.

Mais j'avoue ne pas comprendre les esprits chagrins et cyniques qui restent insensibles à la magie et à l'esprit de Noël. Ceux qu'on entend régulièrement dire que Noël, de toute façon, c'est une fête commerciale et que le Père Noël a été inventé par Coca-Cola. D'abord, c'est faux, tout le monde sait que le Père Noël a été créé par les blogueuses mode pour faire des billets sponsorisés avec Zalando.

Ensuite, en tout objectivité, je ne vois vraiment pas comment on peut haïr Noël qui est pourtant une source inépuisable de joie.

Par exemple, Noël et même tout le mois de décembre c'est quand même la seule période de l'année, hors deuil ou perte d'un emploi, où il est socialement toléré d'être bourré à 11h du matin.

 

C'est aussi le mois où tu peux avoir une alimentation constituée à 95% de gras et 5% de sucre et n'espacer chacun de tes repas que de 45 minutes, sans que personne ne te regarde fixement en pensant très fort ANNEAU GASTRIQUE. Et là, on part sur une mauvaise nouvelle pour les dents sensibles mais sur une vraie bonne nouvelle pour tous les sacs à vin qui ont du cholesterol.

"Le Père Noël va chier dans tes petits souliers"

Ensuite, Noël est aussi le moment idéal pour tester les effets bénéfiques du chantage et de la menace sur les enfants. A partir de la mi-novembre environ, vous pouvez obtenir à peu près tout ce que vous voulez de votre progéniture, en lui disant simplement que s'il n'est pas sage, le père Noël va chier dans ses petits souliers. Oui, ça crée un léger traumatisme, mais j'ai testé pour vous, c'est très efficace!  C'est aussi l'occasion ou jamais de vous venger d'une épisiotomie mal cicatrisée.

Et puis, enfin, Noël, c'est aussi et surtout des cadeaux en pagaille. Et les cadeaux, c'est l'occasion de vérifier que vous aimez vos proches et votre famille d'un amour inconditionnel et ce malgré les cadeaux tout claqués qu'ils s'échinent à vous offrir chaque année.

Un trio de savonnette Roger et Gallet

Et les cadeaux pourris offerts par les parents ou grands-parents obéissent d'ailleurs à une typologie bien précise: par exemple, et tout ceci est basé sur des faits réels, si vous êtes célibataire de longue durée, votre maman peut être amenée à vous offrir un trio de savonnette Roger et Gallet. Et suggérer ainsi que peut-être, un léger problème d'odeurs corporelles est à l'origine de votre célibat.

 

Sinon, les étudiants en Histoire se voient offrir chaque année l'intégrale de Christian Jacq, si vous faites maths sup, vous recevrez un Rubik's Cub, les étudiants en histoire de l'art eux, écopent généralement d'un ticket resto. Et c'est vrai qu'après un master "Enjeux et représentation de la bataille chez les peintres espagnols du 19e siècle à nos jours", un ticket resto, ça peut s'avérer utile.

Je connais aussi une personne qui après avoir déclaré à sa famille qu'elle était végétarienne a reçu une mooncup à Noël. La mooncup, c'est ce petit entonnoir à ragnouttes qui remplace les tampons et autres protections périodiques. Ca fait trois ans, et on a toujours pas compris le rapport entre l'arrêt de la viande et le réceptacle à menstruations.

Sinon, j'ai une pensée pour cette personne de ma famille, dont je partage l'ADN, et qui chaque année, m'offre une multiprise, parce que c'est pratique. Mais je continue à fêter Noël avec cette personne, parce que c'est ça aussi Noël.

Passer du temps avec des cons, à recevoir des cadeaux de merde, tout ça en prenant trois kilos à chaque repas et en développant une dépendance à l'alcool.

Voilà, les fêtes de fin d'année, c'est comme un déjeuner chez tes parents qui durerait un mois.

Bon oubliez tout ce que je viens de dire en fait, je déteste Noël.


> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

 

Commentaires