"Internet Crunch" : La mort du web est pour 2023

Mouv' Futur (2015-2016) Mardi 12 mai 2015

Réécoute
"Internet Crunch" : La mort du web est pour 2023
Une équipe de chercheurs britanniques a calculé la fin d'internet pour l'année 2023. Selon leur enquête, le réseau de fibre optique serait saturé par la demande croissante en transfert de données. En 2020, faudra-t-il apprendre à se passer d'internet ?

En 2020, fini les videos HD en streaming. Fini la musique et les photos stockées sur le cloud et visionnables instantanément. Les transfers de données sont rationnés pour éviter la saturation sur le réseau de fibre optique... Le scénario est un peu alarmiste, mais d'après l'équipe de chercheurs de l'université d'Aston, à Birmingham en Grande-Bretagne, c'est ce qui nous pend au nez.

Nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser internet, plus de 3 milliards aujourd'hui. Et les données sont de plus en plus volumineuses : les vidéos notamment, demandent énormément de bande passante. Et toutes ces données passent par un réseau mondial de fibre optique. Des cables aussi fins que des cheveux qui traversent les océans et les continents pour acheminer toujours plus vite toutes ces informations. Informations stockées sur des serveurs, parfois à l'autre bout de la planète.

Sauf que la fibre optique a ses limites, et si l'on ne fait rien , elle sera atteinte en 2023. Le réseau, saturé, sauterait alors régulièrement. Impossible de surfer ou de télécharger. Internet s'effondre. Et impossible de doubler les cables, ça coûterait trop cher.

Pas de panique

"C'est un peu alarmiste, relativise Nicolas Demassieux au service recherche et développement d'Orange. On a des centaines de chercheurs qui travaillent sur des nouvelles technologies pour éviter cette saturation. L'optimisation des codages de l'information par exemple : une vidéo qui pèse 2 fois moins lourd pour la même qualité. Ça permet de libérer de la bande passante."

Mais il reste un problème, c'est la consommation énergétique d'internet. Doubler les cables, c'est doubler la consommation électrique du réseau. Impossible, il faut trouver d'autres solutions.

La première, c'est de trouver des technologies qui consomment moins. C'est le travail de Laurent Lefèvre, chercheur à l'Inria, l'institut de recherche en informatique. "On est capables de réduire la consommation électrique des réseaux de l'ordre de 90% à l'horizon 2020... On chasse le gaspillage en limitant le nombre d'équipement allumé qui ne participe par aux besoins de l'application, associé à des techniques de programmation verte".

L'internet Eco-responsable

Mais d'après Laurent Lefèvre, c'est surtout les habitudes des internautes qui doivent changer pour éviter le "crunch". Eviter d'utiliser le cloud, ne pas passer systématiquement par google pour visiter un site dont on connait l'adresse... Toutes ces mauvaises habitudes qui encombrent la bande passante et qui consoment de l'énergie.

 

 

Commentaires