Internaute cherche désespéremment Boeing 777

L'actualité numérique Mercredi 19 mars 2014

Réécoute
Internaute cherche désespéremment Boeing 777 et coupable.
Depuis la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, les internautes n'ont cessé d'essayer de percer le mystère. Avec une efficacité toute relative si l’on considère qu'on ne l'a toujours pas retrouvé.

 

On y revient encore et toujours mais l'internaute moyen n'en peut plus d'être laissé dans le flou dans cette affaire de disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines. Les hypothèses se succèdent et — dernière en date et non démentie jusque là – l'avion aurait pu être hacké. Ce serait une première dans l'histoire mais après tout, un avion n'est jamais qu'un objet connecté comme un autre. Des types ont bien réussi à hacker des frigos et des talkies walkies pour bébé. Alors, un coucou, après tout, pourquoi pas.

Toujours est-il que plus les jours passent et plus une maxime chère à Socrate tend à se dessiner. On sait que l'on ne sait rien, mais on le sait, ce qui ne nous avance pas des masses sur ce coup-là. Mardi 17 mars, les autorités malaisiennes indiquaient que les recherches pour localiser le Boeing 777 couvraient désormais une zone plus vaste que l'Australie. Ce qui est tout bonnement délirant.

Sur ce point précis pourtant, les internautes avaient bien tenté de rendre service la semaine passée. Dans un effort collaboratif, plus de deux millions d'entre eux s'étaient ainsi tapés toutes les images enregistrées en temps réel par les cinq satellites de DigitalGlobe, l'entreprise qui fournit notamment les images de Google Maps.

>> Relire : A la e-traque du vol MH370 pour Pékin

Nos deux millions de volontaires s'étaient alors enquillés la bagatelle de 98 millions de photos du globe. Chaque pixel disponible a été passé trente fois en revue par des yeux humains. Les mecs ont taggué 650 000 objets considérés d'intérêts sur lesdites photos. Pour que dalle au final, puisque, jusqu'à preuve du contraire, l'affaire est toujours au point mort.

Chasse numérique au pilote

Du coup, en l'absence d'avion, histoire de s'occuper, les autorités ont commencé à chercher un coupable. Et ça tombe bien, puisque, depuis quelques années, traquer des coupables est aussi devenu le jeu préféré des internautes.

Souvenez-vous, en France, on avait eu notre grand moment avec Xavier Dupont de Ligonnes. Et puis, l'année dernière, c'était toute la planète qui s'en était donné à cœur joie, flairant les traces numériques de Djokhar Tsarnaïev, le co-auteur avec son frangin des attentats de Boston. Cette fois, c'est donc Zaharie Shah, le pilote, qui est dans la ligne de mire. Il fallait bien trouver un bouc émissaire, et comme on ne sait pas grand-chose à ce stade, le pilote faisait parfaitement l'affaire. Pourquoi ? Mais parce qu'il a laissé plein de traces en ligne à défaut d’en laisser sur les radars.

Résultat, la vie numérique de Zaharie Shah, le pilote donc, a littéralement été passée au crible par les internautes. On a découvert que l’an passé, il avait posté une vidéo relatant un attentat de Boston avec un message de condoléances pour les familles. Hyper bad guy. On a aussi découvert qu'il regardait beaucoup de vidéos débats sur l'athéisme et que régulièrement, il postait des tutos Do It Yourself sur des sujets de fou, genre comment bidouiller votre climatiseur pour qu'il consomme moins ou comment réparer votre congélo. De plus en plus ghetto. Limite YOLO.

À ce stade, je vous épargne la partie sur les simulateurs de vol, les hélicoptères miniatures, les vidéos pour faire des épées avec des ballons gonflables et les Instagram de bouffe. Car oui, on connaît désormais tout des petites passions du mec.

Mais pour ce qui es de la question qui nous anime tous, eh bien non, on n'en sait toujours pas plus sur la localisation de l'avion.

Retrouvez Loïc H. Rechi sur Twitter


 

> Toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez-vous aux podcasts : RSS et iTunes

Crédits photos : Flickr

Commentaires