Independence Day is back !

L'actualité numérique Lundi 09 septembre 2013

Réécoute
Independence Day is back !
C'est l'un des retours les plus attendus du cinéma d'auteur : Roland Emmerich, le roi incontestable du film catastrophe à tendance navet revient. Avec toujours plus de kitsch, d'explosions et de méchants aliens.

 

Les cinéphiles les plus exigeants jubilent. Roland Emmerich, le maître incontestable et incontesté des films catastrophe à tendance gros navets rempile !

A l'origine de ces chefs d'oeuvres que sont, pèle-mêle, Godzilla (le remake avec Jean Reno et les vers de terre), Independence Day, Le Jour d'Après ou 2012, la spécialité de ce cinéaste allemand consiste peu ou prou à détruire de toutes les façons possibles et imaginables la Terre, et ses habitants.

 

Que ce soit à l'aide d'extraterrestres pas vraiment sympathiques (Independence Day), de tornades (2012), de tsunamis plus haut que New York (Le Jour d'Après) ou l'Himalaya (2012), ou bien encore de poulets géants préhistoriques (le merveilleux 10.000) et de donuts tout aussi géants et mortels qui tombent du ciel lors de tremblements de terre dévatasteurs (2012).

Une spécialité qu'il entend bien resservir très prochainement sur nos écrans.

2012, la fin du monde sauce Emmerich.

Les poulets préhistoriques de 10.000

Actuellement à l'affiche avec un bon gros film d'action mené par Channing "nouvelle coqueluche à muscles" Tatum, White House Down, le réalisateur a également plusieurs projets de science-fiction en route.

Il y a deux jours, on apprenait ainsi qu'il souhaitait se relancer dans l'aventure Stargate, la fameuse porte des étoiles qu'il a déjà laborieusement réalisée en 1994 et qu'il compte rééditer sous la forme d'une trilogie. Hâte.

Mais, cerise sur l'apocalypse, Roland Emmerich se remet également à son grand chef-d'oeuvre, Independence Day. Intitulé I.D. Forever (pour "Independence Day pour toujours") cette suite se divisera en deux parties. Car pourquoi se priver quand on peut en avoir deux pour le prix d'un ? Surtout au vu des chiffres engrangés par le premier opus de 1996 : plus de 800 millions de dollars de recette à travers le monde !

Alléché par ce joli gâteau, Roland Emmerich a également avoué être un peu frustré de ne pas avoir pris part à la vague actuelle de blockbusters, Man of Steel, The Avengers et tutti quanti, faite de superhéros gonflés de testostérone et d'aliens très, très méchants -deux sujets sur lesquels il en connait un rayon.

Il a donc déclaré, l'air grave :  

il est à nouveau temps pour moi de faire un film d’invasion extra-terrestre.


 

"Tu es sûr ?"

Dont acte, même s'il faudra attendre 2015 avant de voir revenir les vilains extra-terrestres à tentacules sur les terres Emmerichiennes. Ou plus exactement, le 3 juillet 2015, a d'ores et déjà annoncé la Century Fox, soit la veille de la fameuse fête d'Independance américaine, censée être aussi, dans le film, le jour où l'humanité se libère du joug alien.

Ceci dit, de bonnes nouvelles nous aident déjà à patienter : ce bon Bill Pullman, qui campe le président américain beau gosse à la voix chevrotante, rempile, ainsi que Jeff Goldblum, qui retournera à son rôle de geek à chemise à carreaux et à marcel blanc sauveur de monde.

Mieux, il se peut même que l'inévitable Will Smith, mythique soldat qui "botte les fesses d' E.T", soit de la partie. Un temps jugé trop cher par la production, il serait de retour à la table des négociations, vient d'annoncer un Roland Emmerich frétillant.

Booooomeeeeer !

En ce qui me concerne, j'avoue néanmoins être plus concerné par la présence de deux autres personnages indispensables à l'intrigue. Ce cher Julius Levinson, papa à l'écran de Jeff Goldblum, qui force l'administration américaine à révéler l'existence de la célèbre et mystérieuse Zone 51 et bien entendu, Boomer.

Boomer, le golden retriever qui survit à une énorme boule de feu qui crame vives des centaines de personnes dans un tunnel de Los Angeles. Mais dont tout le monde se moque, tant que Boomer est en vie. Un superbe jeu d'acteur. J'espère qu'on le reverra.

"Boomer vivra !" Oh joie.


SONS :

- Première attaque alien, Independence Day. "Zzzziouuuu ! Boum ! Haaaaa !", la formule gagante d'Emmerich

- "Tu es sûr ?", scène culte d'Independence Day, avec "salut les filles ! c'est moiiiii !"

- "Boooooomeeeeer !", l'une des scènes les plus émouvantes de l'Histoire du cinéma.

Andréa Fradin

Toutes les chroniques Suivez le geek

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes 

Commentaires