I F*ck*ng love Paris

Bande Dessinée Mardi 01 avril 2014

Réécoute
Dernières diffusions
I F*ck*ng love Paris
La face cachée de la mode, par Maarten Vande Wiele. Cruel, cynique et amoral. Aux éditions Casterman.

 

Avis  à celles qui s'imaginent encore en 2014 que la mode n'est qu'une affaire de joli minois et de fringues trop cool. Et non il ne suffit pas de claquer des doigts et de monter comme on dit à la capitale pour réaliser son rêve et devenir mannequin. La preuve ici avec  l'illustrateur flamand Maarten Vande Wiele, auteur du très réussi et très cynique I f*ck*ng love Paris. Le portrait d'un monde pas si glam que ça.

 

Le petit monde de la mode, pas si glam. I f*ck*ng love Paris, extrait.

Célèbre à tout prix

L'histoire de trois colocs, Faith, Hope et Chastity qui cherchent  à devenir célèbres et percer dans le showbiz. L'une veut devenir mannequin, une autre faire du cinéma, la troisième chanteuse.
Evidement rien ne va se passer comme prévu et elles vont vivre de drôles de déconvenues en compagnie de garçons forcément toujours un peu salauds. Les thèmes abordés sont souvent durs, la BD parle de traffic sexuel, de proxénétisme, de viol, de drogue, de trahison.
Un portrait cruel, cynique et amoral qui nous montre ici la face cachée de la mode et du showbiz.

Des dizaines de références cultes

Fan de Joan Collins (la méchante Alexis Carrington de Dynastie) et de ceintures Gucci,  Maarten Vande Wiele est un fin connaisseur de mode et ça se voit dans ses dessins. il y  a dans cette BD plusieurs niveaux de lecture avec énormément de références plus ou moins explicites aux figures du milieu, les patrons de presse, les créateurs, les phtographes de renom comme Karl Lagarfeld ou Terry Richardson, les modèles cultes. Par exemple la robe Mondrian d'Yves Saint Laurent.

I F*ck*ng love Paris, Maarten Vande Wiele, éditions Casterman

> Abonnez vous aux podcasts, RSS et iTunes

> Toutes les chroniques BD


Commentaires