Honneur aux formats courts

Magasin Central Samedi 04 février 2012

Réécoute
Honneur aux formats courts
Aujourd'hui Guillaume Brac & Laure Calamy pour le moyen métrage "Un monde sans femmes" sortie en salles le 8 février. Nous aurons également dans nos rayons Salma Cheddadi, à l'occasion du cycle qui lui est consacré le 11 février au Centre Pompidou, dans le cadre du festival Hors piste, dédié aux films courts.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Au programme dans nos rayons

 


Un Monde sans femmes, un film réalisé par Guillaume Brac. Sortie en salles, le 8 février

 

Avec Vincent Macaigne, Laure Calamy, Constance Rousseau, Laurent Papot.

 

L'histoire:

En août, dans une petite station balnéaire de la Côte Picarde. En leur remettant les clefs d'un appartement de location, Sylvain fait la connaissance de deux séduisantes jeunes femmes. L'occasion rêvée de sortir, ne serait-ce que quelques jours, d'une vie solitaire dont les femmes sont désespérément absentes. Très vite, Sylvain se rend indispensable à ses nouvelles amies. Mais les choses se compliquent lorsque les sentiments et surtout Gilles, un dragueur local sans scrupules viennent s'en mêler...

Ce moyen métrage est précédé du court-métrage "Le naufragé"

Un monde sans femmes a été plusieurs fois récompensé :

- Nominé pour le César 2012 du meilleur court-métrage
- Prix du public Court métrage au festival Entrevues de Belfort
- Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma, Meilleur Court Métrage Français 2011


L'appel au spécialiste international. Une chronique de Nicolas Guyonnet.

Cette semaine, en exclusivité pour Le Mouv': Michael Thomas Gruber nous parle de Guillaume Brac.

"Michael Thomas Gruber est membre du comité permanent des Oscar et spécialiste du court-métrage de fiction. Il enseigne aussi le cinéma à Stanford où on le surnomme ‘The American Serge Daney’, en hommage au critique français.

Je l’ai contacté et il se trouve qu’il connaissait déjà le travail de Guillaume Brac. Vous verrez pourquoi et comment dans cette interview, et vous verrez surtout ce qu’il pense de son travail. J’ai comme d’habitude traduit ses propos"


 

Focus Salma Cheddadi, le Samedi 11 janvier à 20h au Centre Pompidou. Evennement qui se déroule dans le cadre du Festival hors-pistes jusqu'au 12 février.

 

Les oeuvres de Salma Cheddadi sont des voyages, des départs et des arrivées, des traversées de territoires auxquels elle ne semble liée que par le présent du tournage. Elle n'y est que de passage, tout comme l'est le corps qu'elle y place et y observe. Car il y a un corps dans ses films, un « modèle » dit-elle, au sens bressonien : c'est un corps féminin, qu'elle filme sans détour. S'y investissent désirs, frustrations, provocations aussi. Ce corps n'est pas vraiment le sujet du film, il permet un passage vers le territoire et le rend sensible. Diplômée de l'École nationale des Beaux-Arts de Cergy, Salma Cheddadi se déplace avec ses modèles, avec qui elle noue des relations fortes qui surgissent à chaque plan.

Sweet Viking, FRANCE, 2011, 37 MIN.

« Sweet Viking » oscille délicatement entre le documentaire et la fiction. Il s'agit d'un double portrait : celui de Jara, jeune chanteuse islandaise de 30 ans qui dit ses pensées, ses craintes, ses racines profondes dans la culture islandaise païenne et celui des paysages islandais, lunaires. Elle entreprend la traversée de l'île pour aller retrouver son père. Le film saisit au-delà des mots ce qui la lie à son pays. Le soufre, le vent, les elfes aussi et l'éblouissement d'une lumière pâle. (première mondiale)

Mangousteens on milk, FRANCE, 2007, 26 MIN.


« Mangousteens on Milk » est un journal de voyage tourné en Thaïlande. La réalisatrice y filme Jana, une jeune fille germano-thaï qui revient dans le pays où elle a passé son enfance. « Je filmais ses absences et son corps qui remplit mon cadre. Je la suivais. Je filmais des impressions qui la confondaient avec les lieux, je filmais une couleur, l'humidité et la chaleur, la lumière du matin tôt, je filmais un climat ». Dans ce film encore, on se fond, on accepte l'exploitation de la sensualité féminine, les pertes de sens et la démarche de Salma Cheddadi, à la recherche d'une narration libre, d'une composition faite d'un corps et d'un territoire.

CONCERT

La projection sera suivie d'une performance-concert de Jara. Elle écrit sa musique, la joue, et se met en scène. La chanteuse, de son vrai prénom Jarþrúður Karlsdóttir, aime les coquillages et les batteries, la guitare et surtout les instruments électroniques. Une icône du nord, avec sa mystique

 

Le festival hors-pistes, un autre mouvement des images, c'est jusqu'au 12 février.

 

Rendez-vous d'actualité de l'image en mouvement, Hors Pistes s'est donné pour but d'explorer les nouvelles formes de l'image contemporaine : films et images projetées, images exposées, images performées.

D'une part, une sélection internationale de films et vidéos dont la démarche artistique novatrice a marqué l'année écoulée.

Focus : en 2012, 20 artistes défendus par Hors Pistes.
Les séances sont en leur présence

Gabriel Abrantes, Mauro Andrizzi, Herman Asselberghs, Pascale Bodet, Erik Bünger, Salma Cheddadi, Phil Collins, Teboho Edkins, Hala Elkoussy, Pierric Favret & Roman Scrittori, Flatform, Dominic Gagnon, Andrew Kötting, Christelle Lheureux, Natasha Mendonca, Valérie Mrejen et Bertrand Schefer, Provmyza.
Et plusieurs séances spéciales : Réussir sa vie de Benoît Forgeard, La Tétralogie Américaine
de Philippe Terrier –Hermann…
De nombreuses avant-premières

D'autre part, une exposition sous le signe de l'Animal : LE SILENCE DES BêTES qui cette année se déploiera également dans deux lieux partenaires, au Musée de la Nature et de la Chasse et au Muséum national d'Histoire naturelle.

Des installations
Dans tous les sens, les animaux occupent les murs d'Hors Pistes au Forum-1 du centre Pompidou et se glissent dans nos esprits avec la complicité de Neozoon, Sophie Photographe, Peter Kogler, Alain Della Negra et Kaori Kinoshita, Cory Arcangel…

Des conférences
Parce que les animaux ne parlent pas, d'autres vont parler d'eux : Jean-Christophe Bailly, Marcela Iacub, Dominique Lestel ou encore Élisabeth de Fontenay l'invitée Hors Pistes cette année.
Pour la soirée d'ouverture, la philosophe et écrivaine Elisabeth de Fontenay parle de la contemplation des animaux : la beauté, l'étrangeté de cette contemplation et la joie qu'elle procure.

Des performances
Parce qu'autour de l'animal, l'homme s'agite, Erwann Créac'h, Olivia Rosenthal, Laurent Larivière, Louise Bourgoin, Vincent Epplay, Art Orienté Objet…interviendront dans l'exposition.

 

Commentaires