Hong Kong : Encore 33 ans d’indépendance ?

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 10 juin 2014

Réécoute
cfhfghh
Depuis la rétrocession de l'île à la Chine, beaucoup de Hong kongais accumulent une rancœur envers leur voisin communiste. Certains le font régulièrement savoir dans la rue, d’autres l’exprime à travers des œuvres artistiques. Clément Robin a rencontré un collectif de réalisateurs engagés contre l’influence grandissante de la Chine. Déjà 700 000 vues sur YouTube. Reportage.

 

Jusqu’en 1997 Hong Kong était une colonie britannique. Depuis, elle a été rattachée à la Chine mais bénéficie toujours d’un statut spécial, qui lui assure une certaine autonomie. Mais pour beaucoup de Hongkongais, cette quasi-indépendance est menacée. Cette année, Hong Kong a encore perdu des places au classement mondial de la liberté de la presse. Résultat, beaucoup d’habitants accumulent une rancœur envers leur voisin communiste. Certains le font régulièrement savoir dans la rue (voir la vidéo en bas de l’article), d’autres l’exprime à travers des œuvres artistiques.

Le court-métrage « Hong Kong sera détruite dans 33 ans » a été visionné près de 700 000 fois sur YouTube. Cette vidéo de science-fiction met en scène la vie à Hong Kong avant la fin du monde. Des scientifiques ont annoncé le crash d’une météorite en 2047. Dans la réalité la région spéciale sera complètement intégrée à la Chine à cette date .

 

La clé de son succès, c’est qu’elle touche à l’identité hongkongaise, très différente de celle des « Chinois continentaux », explique Ye Ken, chargé de la post-production dans le collectifs de réalisateurs GVA Creative.

On est complètement différents. On ne parle pas la même langue, et nos caractères ne sont pas tous les mêmes que les caractères chinois. Ce qu’on n’aime pas chez eux, ce sont certaines choses qu’ils font en public, comme le fait de cracher par exemple… Pire, il y en a même qui font leurs besoins dans la rue ! Nous, on ne fait pas ça ! 



Sur cette vidéo, un couple de touristes chinois est filmé par un passant hong kongais alors qu’ils laissent leur enfant se soulager dans une rue très fréquentée du quartier de Mong Kok. La mère de l’enfant, énervée, explique que c’est une situation d’urgence et qu’elle n’a pas le choix. Elle gifle le caméraman et son mari tente de lui arracher la carte mémoire.

 

Le mal est fait, la vidéo est mise en ligne et entraîne des millions de commentaires sur les réseaux sociaux. « Faire pipi », « rues » et « Hong Kong » deviennent les mots clés les plus recherchés sur Weibo, l’équivalent de Twitter en Chine.

Ces tensions se cristallisent régulièrement à Hong Kong avec des manifestations pro et anti-Chine. 

En 2013, près de 40 millions de touristes chinois ont visité Hong Kong, 16% de plus qu’en 2012. Un chiffre considérable pour une région de plus de 7 millions d’habitants, et qui explique en partie le rejet de la part de certains Hongkongais

Le court-métrage « Hong Kong sera détruite dans 33 ans » illustre cette peur de la Chine communiste. Mais aujourd’hui, il a peu de chances d’atteindre les internautes chinois.

Les cinq jeunes réalisateurs de GVA Creative, dans leur studio de la banlieue de Hong Kong ©Clément Robin

 

On a récemment remarqué que notre vidéo a été bloquée par le gouvernement chinois. Il est impossible de la trouver en Chine continentale. Chong men: « Mais en fait ça ne change rien, car les Chinois ne peuvent même pas aller sur YouTube ! ». Nero: « Ils ont aussi bloqué le terme « 33 ans ». On ne peut plus rechercher ce mot-clé sur internet ! C’est ridicule, c’est dingue, mais c’est ça la Chine. 



Le problème de fond pour ces jeunes diplômés hongkongais, ce sont les prix des loyers, qui battent chaque année de nouveaux records. Avec à peine 1000 euros par mois, un peu moins du salaire moyen, ils vivent tous chez leurs parents, à 25, 26 voire trente ans. Car Hong Kong est une des villes les plus chères du monde. Plus de 4200 euros en moyenne pour un 3 pièces en 2013.

 

Hong Kong est la ville qui compte le plus de gratte-ciels au monde, devant New York et Singapour ©Clément

______________________________________________________________________________________

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.


Commentaires