Habiter la Terre ou suivre les routes du crime ?

Allo la Planète Mercredi 26 septembre 2012

Réécoute
Dernières diffusions
Habiter la Terre ou suivre les routes du crime ?
Aujourd'hui, Eric Lange vous propose les deux, avec Roland Theron qui publie un beau livre de photos sur les habitats les plus fous du monde, et Jane Birmant qui s'est rendue à Mayotte et dont le reportage sera diffusé ce soir sur France ô.

 

Depuis plus de 4 ans, Roland Theron parcourt le monde pour l’émission de Canal Plus, « Les nouveaux explorateurs ». Il y propose des reportages authentiques sur ces hommes et ces femmes du monde qui vivent dans des habitats atypiques.


« Habiter la terre » retrace les plus belles de ces rencontres et invite à la découverte d’une variété architecturale insoupçonnée.

Pour chaque pays les problématiques naturelles et économiques qui determinent les enjeux de l’habitats sont exposés et une dizaine d’interviews rendent compte de la réalité de ces logements et des modes de vie qui leurs sont liés.

De la maison de bouddha dans les grottes de Magao en Chine aux maison flottantes des Bugis en Indonésie ou encore des bulles suspendues de Vancouver aux « maisons chance » de Tokyo, cet ouvrage offre un magnifique tour du monde des habitats, riche de temoignages uniques.

Le site de Roland Theron


La fiche du livre sur le site des éditions La Martinière

Habiter la Terre, Roland Theron, editions La Martinière, 2012


 

 

Our Trip is Your Trip le voyage d'Emeline et Jérôme aujourd'hui à Bali, pour voir toutes les photos, et sur facebook le récit quotidien de leurs découvertes. 

Extrait : aujourd'hui, la journée avait commencé plutôt "mal" pour moi. De mon voyage à Bali, il y a une chose que j'appréhendais, c'est le rite de la crémation. Je respecte totalement ce dernier mais j'ai énormément de mal avec la mort, les enterrements etc.
 

Mais ce n'est pas ce rituel qui m'a le plus touché. Ce sont les touristes que j'ai pu croisé, lorsque je suis passée à coté de cette cérémonie. Personnellement, je n'ai pas regardé et j'ai pas voulu m'attarder. Mais j'ai eu le temps de voir que certains occidentaux n'hésitent pas à se poster dans les alentours et observer voire prendre des photos. J'ai était choquée réellement. Imaginez vous un peu à l'enterrement de l'un de vos proches et des touristes qui s'approchent, regardent et prennent des photos...

Dans l'après-midi en longeant la plage, nous nous sommes arrêtés dans un petit shop où des tee-shirt et objets divers était à la vente pour la protection des tortues en collaboration avec la ville de Kuta, QuickSilver et Coca-Cola."
 
Suivant le travail des forces de l’ordre, cette collection documentaire fait le point sur la lutte contre la criminalité en outre - mer. Dans la première enquête de cette nouvelle saison, la journaliste Céline de Magalhaes s’intéresse aux conséquences de la misère à Mayotte et au travail des forces de l’ordre.

Petite île de l’archipel des Comores dans l’océan Indien, Mayotte est devenue l’an dernier le 101e département français. Mais, sous ses faux airs de destination idyllique se cache une autre réalité bien plus crue, faite de violence, de misère, d’enfants livrés à eux- mêmes.

Ici, les indicateurs socio-économiques sont au rouge depuis des années. Le chômage explose et l’île est en proie à une vague d’immigration clandestine sans précédent. Pour les habitants des îles voisines, Comoriens ou Anjouanais, le confetti français fait figure de terre promise. Chaque nuit, ils fuient par dizaine leur pays pour atteindre leur « eldorado ». Sur Mayotte, une personne sur trois serait clandestine et, parmi elles, beaucoup d’enfants abandonnés. En novembre 2011, des émeutes de la faim ont mis l’île à feu et à sac : 44 jours de grève et d’affrontements qui ont dégénéré en un conflit fratricide.

Les équipes d’Investigations ont suivi durant des semaines les unités de la police de l’air et des frontières, des douanes et de la brigade anti-criminalité dans leur travail quotidien. Immigration clandestine, prostitution ou travail illégal sont leur ordinaire. Les caméras sont aussi passées de l’autre côté du miroir et ont partagé des moments de vie avec les clandestins. Au jour le jour, leur existence, souvent misérable, est un combat acharné pour survivre.


Départ Hémisphère Sud, le projet de voyage de Jessica, Ivan, Caroline et Gael

"Nous sommes quatre dijonnais qui appartenons à l'association "Etat d'Esprit" et qui organisons notre voyage pour une partie de l'hémisphère Sud.
En effet, dès début Novembre 2012, nous prévoyons de nous envoler pour 6 mois de découvertes et de partage à travers de nombreux pays tel que l'Inde, le Népal, la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, la Nouvelle Zélande, l'Argentine..."

 

Commentaires