Guide de rencontre 100% geek

Les lectures Lundi 23 juin 2014

Réécoute
Dernières diffusions
21/08/14 WeLoveWords
19/08/14 Twittérature
Guide de rencontre 100% geek
Vous êtes un "player 1" en quête de votre Player 2 idéale ? Suivez le « Premier guide de rencontre 100% Geek ».

 

Depuis le temps qu’on leur répète : chers gamers, l’entrejambe féminin n’est pas un p***** de joystick.

 

Pourtant, à en croire Eric Smith, la culture geek regorge d’enseignements en matière de séduction.

 

Dans son Premier guide de rencontre 100% geek, (Ed. Bragelonne), l’analogie entre les plaisirs virtuels et les codes IRL file sur 200 pages : « le couple niveau avancé », « embrasser quelqu’un n’a rien à voir avec le code Konami », « Comment respawn après s’être fait fragger »….

 

 

Si ces petites boutades vous dépassent, révisez vos classiques. On appelle geek « toute personne ayant une inclination passionnelle relative à l’imaginaire ou à la technologie. » Du Technogeek, accro à Twitter et aux gadgets à pomme, au Comicgeek, qui connaît par cœur tous les pouvoirs de ses héros préférés, ça en fait du monde. Sans parler de la nana qui ne jure que par Dawson, 10 ans après. Ou du Geek de Sciences Po, la bête noire des soirées entre amis…

Réunis sous la même bannière obsessionnelle, ça fait pas mal de monde.

L'école des geeks

La culture geek, grille de lecture pédagogique des lois de l’attraction ? Un pari "kikoulol" à double tranchant : pour apprécier ce livre à sa juste valeur, il faut avoir fait ses mises à jour référentielles. Sans ça, le second degré de cette communauté peut vite passer pour une ignoble faute de goût. Prenez par exemple « la compil pour chauffer le geek », p.134.

Grand seigneur, Eric Smith partage les secrets de son sex-appeal : « pendant que vous vous pomponnez devant le miroir ou que vous choisissez vos vêtements, je vous conseille d’écouter la playlist ci-dessous. Croyez moi, ça va vous gonfler à bloc. »

 

 

Comme pour celles qui s’habillent sur le mythique Time of my life, il faut avoir été bercé à Arrested Development et aux trémoussements virils de Will Arnett pour se permettre d’écouter The Final Countdown sans risquer de prendre perpet’ en célibat. Idem pour Queen : ailleurs que chanté à tue-tête dans une GarthMobile, c’est la promesse d’un aller-simple pour le royaume éternel des plaisirs solitaires.

Heureusement l’évolution, c’est pas fait que pour les pokémon .


 

Heureusement, « dans le monde merveilleux de la drague – comme dans WoW – on ne meurt jamais pour de vrai ».  

 

Sur la même veine autocritique, Eric Smith passe en revue tous les do’s et les dont's des petites manies propres au monde mystérieux des geeks :

  • Le tee-shirt X-MEN au premier rancard ? Nein.
  • Lui donner rendez-vous à la Japan Expo ? No comment…
  • Lui demander si elle a lu Le trône de fer : Oui.
  • Lui envoyer un poke pour l’inviter à prendre un verre ? Looser.
  • Faire appel à votre sidekick ? Ok, mais pas n’importe lequel.

 

 

 

 

Il distille aussi quelques règles élémentaires – et malgré leur potentiel potache, certaines sont à méditer : « cybersexer, c’est tromper ». En situation de rupture, évitez de « spoiler » la fin : ne divulguez pas vos plans à la terre entière, etc.

Des repérages (avec une petite promo embeded pour geekmemore.com, qui donne son titre à la collection, dirigée par le directeur du site himself) à la rupture finale, ce livre est plus à lire comme une grande private joke.

Il rend hommage à la grande guilde des gamers et des technophiles de la génération Internet et pop-culture, plus qu’il ne vous guidera dans la grande nuit sentimentale.

Mais c’est un bon début, quand on sait que l’humour est une des qualités massivement recherchées chez les hommes.


 

Retrouvez toutes les chroniques de Salomé Kiner

Suivre Salomé Kiner sur Twitter

Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

 

 

Commentaires