Google X : le labo secret de Google

L'actualité numérique Lundi 27 mai 2013

Réécoute
Google X : le labo secret de Google
Le nom fait penser à une bande de super-héros réunis pour sauver le monde. Et à en croire la petite histoire, la réalité n'est pas si éloignée : pour le géant du Net, le laboratoire de recherche Google X ne vise rien d'autre que de sauver l'humanité. Aussi fascinant que flippant.

 

Lévitation, ascenseur spatial... Les plus folles rumeurs circulent sur les projets que le très secret laboratoire de recherche de Google, judicieusement intitulé "Google X", aurait dans les cartons. A en croire Bloomberg, qui est récemment allé à la rencontre de ceux qui font le quotidien de ce centre auréolé de mystère, la plupart participe surtout de la mythologie du site, et des fantasmes qu'il suscite. Ce qui plait d'ailleurs aux employés, qui alimentent le bruit de fond : des plans de l'ascenceur spatial troneraient par exemple dans les couloirs du bâtiment X.

Mais au-delà des fantasmes, Google X se destine bel et bien à accomplir de grandes choses. Technologie embarquée avec les Google Glass, voiture sans pilote avec les Google car, Internet des objets, révolutions écologiques et bien plus encore : "on signera pour tout ce qui peut représenter un énorme problème pour l’humanité, si jamais on trouve un moyen de le corriger", indique ainsi son directeur Eric "Astro" Teller, chargé de "bâtir les idées magiques et apparemment impossibles qui deviennent réalité grâce à la science et la technologie".

Chez Google X, la mission des chercheurs est donc de tester toutes les idées, d'en écarter aucune, et surtout de multiplier les crashs et les erreurs. Car en fondant le centre en 2010, Larry Page et Sergei Brin, les deux papas de Google -eux même très investis dans le projet- ne cherchaient pas à avoir un simple labo de recherche, concept jugé trop chiant par Larry Page. Ni même un incubateur d'entreprise. Ils voulaient faire des "moonshots" : des pas scientifiques aussi gigantesques et aussi risqués que l'envoi d'une fusée sur la Lune. Mais également aussi coûteux. Si l'on ignore combien est alloué au projet chaque année, on sait en revanche que près de sept milliards ont été dédiés à la recherche made in Google rien qu'en 2012.

Sans qu'aucune contrepartie ne soit exigée à court terme : à en croire ses responsables, Google X n'aurait pas d'objectif commercial immédiat. "S'il y a un énorme problème dans le monde, et que nous sommes convaincus que sous un laps de temps raisonnable nous trouverons le moyen de le faire disparaitre, alors nous n'avons pas besoin de business plan", a affirmé Eric Teller à Bloomberg. Nous devons nous focaliser sur le fait de rendre le monde meilleur, et une fois que nous aurons fait ça, l'argent reviendra et nous trouvera."

En attendant, Google X ne devrait pas tarder à tester sa première sortie grande public avec les Google Glass, ces lunettes connectées qui font déjà grand bruit, aujourd'hui en phase de test et censées être commercialisées dans les prochains mois.

Vous voilà donc prévenus : Google compte bien rester aussi incontournable qu'il l'est aujourd'hui ces prochaines années. Voire ces prochains millénaires. Avec ses 50 milliards de chiffre d’affaire en 2012, l’équivalent qui dort en cash dans des paradis fiscaux et son labo de pointe, son labo secret doublé de ses grandes ambitions, il rivalise aujourd'hui avec les États et ne compte pas s’arrêter là.

 

Lors de la dernière grande conférence I/O du groupe, Larry Page a même dit rêver d’un territoire où il pourrait tester sans entraves de nouveaux objets. Qui sait ? Demain il faudra peut-être même compter avec un Googleland...

---

SONS :

- Générique de Temps X, l'émission so kitsch des frères Bogdanoff

- Premier épisode de Temps X. Oui, cette chronique est un hommage au Grand Oeuvre Bogdanoffien.


Andréa Fradin

Toutes les chroniques Suivez le geek

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes 

Commentaires