Golden Globes : Breaking Bad plus fort que Gravity

La Pop au carré Lundi 13 janvier 2014

Réécoute
Golden Globes : Breaking Bad plus fort que Gravity
La 71e cérémonie des Golden Globes a récompensé à peu près tout le monde, à commencer par feu la série culte "Breaking Bad". Leo Di Caprio, Cate Blanchett, Alfonso Cuaron et Steve McQueen figurent au palmarès. Mais les Français repartent bredouille.

 

"Yeah bitch !" C'est le discours le plus court et le plus réussi de cette 71e cérémonie des Golden Globes. Discours signé Aaron Paul, le Jesse Pinkman de Breaking Bad. La série déjà culte a reçu deux récompenses : meilleure série télé dramatique et meilleur acteur pour Brian Cranston, pour qui "c'est une formidable manière de dire adieu à Breaking Bad".

 

 

A part ce "bitch" jeté par surprise, la soirée fut des plus convenues. Pas de grande razzia comme au temps de The Artist, pas de grosse poilade, des remerciements, des remerciements, encore des remerciements, jusqu'à Steve McQueen, dernier récompensé de la cérémonie, qui en a fini par oublier la longue liste de ceux qu'il voulait citer ("tapez moi sur la tête !") et a demandé au public qu'il lui souffle les derniers noms.

 

Steve McQueen a donc reçu le Golden Globe du meilleur film dramatique pour son 12 Years a Slave (dans nos salles le 22 janvier), au nez et à la barbe de Gravity, plus logiquement récompensé dans la catégorie meilleur réalisateur. Alfonso Cuaron a sorti la meilleure vanne du spectacle en expliquant qu'à cause de son accent mexicain, personne ne comprenait rien à ses instructions sur le tournage. "Merci Sandra de ne pas avoir démissionné quand tu as cru que je te disais "je vais te donner de l'herpès" alors que je voulais dire "je vais te donner une oreillette" [earpiece, en anglais]".

 

 

Le grand gagnant de la cérémonie est sans doute American Bluff, outsider qui ne sortira en France que le mois prochain. C'est le nouveau long-métrage de David O. Russell, qui avait déjà réussi un mini hold-up l'an dernier avec Happiness Therapy. American Bluff, donc, qui a reçu cette nuit trois Golden Globes de taille : meilleure comédie, mais aussi meilleure actrice (Amy Adams) et meilleur second rôle féminin pour une comédie (Jennifer Lawrence).

 

Les comédiennes d'American Bluff (Jennifer Lawrence et Amy Adams) récompensées

 

American Bluff se taille donc la part du lion, au dépend du Loup de Wall Street, de Martin Scorsese, du dernier Spike Jonze, Her, du chef-d'oeuvre des frères Coen, Inside Llewyn Davis, et de Nebraska d'Alexander Payne.

 

Les autres nommés dans la catégorie meilleure comédie de ces Golden Globes

 

Amy Adams meilleure actrice de comédie, ça signifie aussi que Julie Delpy, nommée également, n'a rien eu. De toute façon, c'est très simple : les Français sont tous repartis bredouilles. Rien pour Julie Delpy, rien non plus pour La vie d'Adèle, qui s'est fait chiper son Golden Globe du meilleur film étranger par La grande bellezza de Paolo Sorrentino.

 

Du côté des acteurs dramatiques, carton plein pour le casting de Dallas Buyers Club, du Canadien Jean-Marc Vallée (en salle le 29 janvier). Matthew Mc Conaughey et Jared Leto se sont accaparées les récompenses (meilleur acteur pour le premier, meilleur second rôle pour le second). Le chanteur de 30 Seconds To Mars s'est d'ailleurs risqué à la confidence. Lui qui joue un travesti dans ce film sur l'épidémie de sida dans les années 80 a expliqué ne pas avoir utilisé de prothèse sur le tournage : "ce joli petit cul brésilien, c'est le mien". Merci Jared.

 

 

A part ça, Leonardo Di Caprio a encore remercié sa mère de l'avoir encouragé très jeune dans sa carrière de comédien. Leo récompensé pour Le loup de Wall Street. Curieuse année dans laquelle un film de Martin Scorsese se retrouve classé dans les comédies tandis qu'un long-métrage de Woody Allen (Blue Jasmine) se retrouve dans les catégories dramatiques. La Jasmine en question, Cate Blanchett, a d'ailleurs reçu très logiquement le prix de la meilleure actrice dramatique.

 

 

On retiendra enfin (et en vrac) le prix du meilleur scénario remis à Spike Jonze pour Her (avec Joaquin Phoenix, sur nos écrans le 19 mars), le sacre de Ma vie avec Liberace (meilleure mini-série et meilleur acteur dans une mini-série pour Michael Douglas) et le Golden Globe de la meilleure actrice dans une série dramatique remis à Robin Wright pour la première saison de l'audacieuse House of Cards.

 

Palmarès intégral :

  • Meilleur film dramatique : 12 Years a Slave, de Steve McQueen
  • Meilleure comédie : American Bluff, de David O. Russell
  • Meilleur acteur dramatique : Matthew Mc Conaughey dans Dallas Buyers Club
  • Meilleure actrice dramatique : Cate Blanchett dans Blue Jasmine
  • Meilleur acteur comique : Leonardo di Caprio dans Le loup de Wall Street
  • Meilleure actrice comique : Amy Adams dans American Bluff
  • Meilleur second rôle masculin : Jared Leto dans Dallas Buyers Club
  • Meilleur second rôle féminin : Jennifer Lawrence dans American Bluff
  • Meilleur réalisateur : Alfonso Cuaron pour Gravity
  • Meilleur scénario : Her de Spike Jonze
  • Meilleur film d'animation : La reine des neiges, des studios Disney
  • Meilleur film étranger : La grande bellezza, de Paolo Sorrentino
  • Meilleure série dramatique : Breaking Bad
  • Meilleure série comique : Brooklyn Nine-Nine
  • Meilleur acteur dans une série dramatique : Bryan Cranston dans Breaking Bad
  • Meilleure actrice dans une série dramatique : Robin Wright dans House of Cards
  • Meilleur acteur dans une série comique : Andy Samberg dans Brooklyn Nine-Nine
  • Meilleure actrice dans une série comique : Amy Poehler dans Parks and Recreation
  • Meilleure mini-série : Ma vie avec Liberace
  • Meilleur acteur de mini-série : Michael Douglas dans Ma vie avec Liberace
  • Meilleure actrice de mini-série : Elisabeth Moss dans Top of the Lake

 

Tous les articles sur Breaking Bad, l'un des grands gagnants de cette cérémonie, sont disponibles en cliquant ici.

 


Photo de couverture : capture d'écran de la cérémonie par @sophiamoda

Commentaires