Glitch Ep 58 La balise spatiale

Glitch Vendredi 11 octobre 2013

PLAYLIST

LEGASCRED Black dragonfly fragments of souls (2o13)

VALANCE DRAKES fears feed the derangement Love withheld is pain carried (Executive audio research 2o13)

AROVANE Leptr ve palor (N5MD 2o13)

AUMA Detox Fables (Enigmatik records 2o13)

NOTUV fucertc Fucertc (Enigmatik records 2o13)

MONOKLE Fever Saints (Ki records 2o12)

LUCRECIA DALT Mirage (2o13)

DIAMAT Heliotrope being is the sum of appearing (N5MD 2o13)

CONNECT OHM Gentle perception 9980 (Ultimae records 2o12)

ACCESS TO ARASKA – - - Ecrasez l'infâme (CLR 2o13)

DURANDURANDURAN hamsterDamage VA / 36 feet under (Pavillon 36 recordings 2oo9)

E.NABLED Altered carbon remix (2o1o)

 

Glitch recommande le dernier Ep de Valance Drakes Love withheld is pain carried, sorti sur le jeune label Executive audio research, en téléchargement libre ICI.

 
Glitch recommande également la lecture, courte mais intense, de Cyberpunk de Mark Downham.
"Nous avons déjà demain, c'est aujourd'hui que nous voulons"...

                                                      
 
"Les ordinateurs ont tout changé. Depuis des années, nous intégrons nos secrets dans leurs logiciels. Nous pouvons provoquer l'effondrement des systèmes bancaires commerciaux de l'Occident. Nous pouvons jouer aux Wisigoths et figer les missiles balistiques intercontinentaux des Soviétiques dans leurs silos secrets. Nous pouvons interrompre la production journalistique à Wapping. Nous pouvons désactiver les systèmes de sécurité d'un réacteur nucléaire. Nous pouvons remettre en orbite des satellites espions. Tout est possible." Les punks des années 70 ont désormais fait place aux cyberpunks. Eux aussi proclament un "No Future" mais inversé : "Nous avons déjà demain, c'est aujourd'hui que nous voulons." Loin de n'être qu'un sous-genre de la science-fiction, le Cyberpunk est un véritable phénomène culturel. Il essaime dans tous les modes d'expression, de la musique à la bande dessinée en passant par le jeu vidéo ou mieux encore le cinéma, où il excelle. Dans cet univers, "le dingue d'informatique et le rocker se rejoignent". Mark Downham cartographie cette nébuleuse en effervescence. Il en dessine l'esthétique et dissèque la genèse du phénomène, en le rapportant à la critique du spectacle de Debord, ici étendue à l'emprise de la technologie sur la vie quotidienne. Pour Downham, l'individu n'est plus déterminé par les seuls médias mais par l'ensemble des nouvelles technologies qui entraînent une véritable virtualisation du réel et de l'avenir. L'essentiel pour lui n'est pas tant de les remettre en cause, mais de critiquer l'utilisation qui en a été faite. À cet égard, Blade Runner offre une illustration magistrale de cette dérive, film dont Downham livre une analyse passionnante à l'aune de cet empire de l'hybride. Le lecteur est entraîné à un rythme effréné, syncopé, dans ce monde où le réel et le virtuel ne font qu'un."

REECOUTEZ ET PODCASTEZ LA SAISON 1 & L'ETE 2o13

> REJOIGNEZ NOUS SUR 
FACEBOOK 
> REJOIGNEZ NOUS SUR TWITTER 
> REJOIGNEZ NOUS SUR 
SOUNDCLOUD 

ABONNEZ VOUS AU PODCAST RSS & ITunes         

 

                                                                                                         ҉̵̞̟̠̖̗̏̐̑̒̓̔̊̋̌̍̎̏̐̑̒̚̕̚҉ ҉̵̞̟̠̖̗̏̐̑̒̓̔̊̋̌̍̎̏̐̑̒̚̕̚҉ ҉̵̞̟̠̖̗

Tags

Commentaires