Giorgio Moroder, toujours d'attaque !

Les trouvailles de Pascal Bertin Mercredi 23 avril 2014

Réécoute
Giorgio Moroder, toujours d'attaque !
Le producteur revenu sous les feux de l'actualité sur le dernier album de Daft Punk connaît un regain d'intérêt. Coldplay vient même de lui demander de remixer son nouveau single. Retour sur l'incroyable carrière d'un révolutionnaire du synthétiseur.

Avec le morceau "Giorgio by Moroder" qui figure sur l'album "Random Access Memories" des Daft Punk, tout est dit par le grand Giorgio, ou presque. Né en 1940 dans les Alpes italiennes, il a donc 16 ans au milieu des années 50, lorsqu'il sait que sa vie passera par le métier de musicien. Après avoir grandi en Allemagne, Giorgio Moroder déménage ensuite à Berlin et la musique de discothèque le happe à tout jamais. Il sera compositeur. Il adopte l'instrument qui commence à révolutionner la pop, le synthétiseur et comme il le dit, décide en toute modestie de composer la musique du futur.


 

 

Pour tous ceux qui ont découvert son nom grâce aux deux robots français, l'hommage qu'ils ont tenu à lui rendre s'explique par l'énorme influence qu'a eue le compositeur sur toute une génération de producteurs et musiciens de genres qui n'existaient pas alors : électro et techno. En plongeant tête baissée dans la disco des années 70, Moroder lui apporte une touche personnelle, faite à la fois de sons sexys et obsédants, charnels et métalliques, nourrie autant à l'italo-disco qu'à l'école planante allemande, qui réclame et gagnera l'éternité.

 

 

C'est au cinéma que ses instrumentaux trouvent une résonance idéale, lorsque ses synthés accompagnent les drames qui se nouent dans "Midnight Express" ou "American Gigolo". Il offre aussi au 7e art quelques perles mémorables comme la chanson "What A Felling" du film "Flashdance", ou encore pour la BO de "Cat People", encore de Paul Schrader, un "Cat People (Putting On Fire)" pour la voix d'un David Bowie pourtant au sommet de sa gloire pop. Sa touche si spéciale lui vaudra pas moins de 3 Oscars pour ses musiques de films.


Quand une star de la pop cherche à relancer sa carrière en se frottant au son disco, c'est Giorgio qu'on appelle : les Sparks, Pat Benatar, Adam Ant, Bonnie Tyler, Freddie Mercury ou encore Phil Oakey de The Human League travailleront avec le moustachu producteur. Après le déclin du disco, Giorgio s'est occupé en composant les hymnes officiels de deux Jeux Olympiques et d'une Coupe du Monde de foot.


 

Il a été nommé commandant de l'ordre du mérite italien en 2005 et depuis son retour en grâce de l'an dernier, enchaine les projets. Il a donné ses premiers DJ set depuis très longtemps, travaillerait à un nouvel album, tandis que Kelis vient de publier sur son Facebook une photo en studio à ses côtés. Enfin, il vient de remixer le nouveau single de Coldplay, "Midnight", dont la version originale  figurera sur le sixième album du groupe, "Ghost Stories", qui sortira le 19 mai. Moroder fêtera ses 74 ans le 26 avril. Bel anniversaire mister Giorgio !

 

 

> Suivez Pascal Bertin sur Twitter

Toutes les chroniques Les Trouvailles de Pascal Bertin

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

 


Commentaires