Gaza, la musique du désespoir

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 18 novembre 2013

Réécoute
Gaza, la musique du désespoir
François Hollande est à Ramallah aujourd'hui, deuxième jour de sa visite au Proche-Orient. Le chef de l’État doit fleurir la tombe de Yasser Arafat et rencontrer des jeunes de Gaza. Une jeunesse qui exprime son malaise à travers la musique.

 

"Merde au Hamas. Merde à Israël. Merde au Fatah. Merde à l’ONU. Merde à l’Amérique." Fin 2010, la jeunesse de Gaza publie un manifeste aux allures de doigt d'honneur qui fait le tour du monde. Parmi les signataires, des militants associatifs et des artistes dont Ayman Mghames, 24 ans, aujourd'hui membre du groupe de rap Palestinian Unit.


Ayman Mghames, chômeur comme la moitié des jeunes de Gaza, s'est fait connaître grâce au morceau Fed Up With This ("Marre de Tout ça".) Depuis, son état d'esprit n'a pas changé.

J'en ai marre de la situation politique, de la situation économique, j'en ai marre des mensonges que j'entends de la part des politiciens palestiniens et internationaux, j'en ai marre de l'ONU qui dépense de l'argent pour des projets inutiles, j'en ai marre de ne pas pouvoir réaliser mes rêves. J'en ai marre, parce qu'il n'y a plus d'espoir, parce que je ne sais pas quel sera le futur de ma petite fille.


 

L'obsession d'Ayman aujourd'hui, c'est l'unité, le rapprochement entre les islamistes du Hamas à Gaza et l'autorité palestinienne de Cisjordanie, en conflit depuis 7 ans.

 

Je crois que cette division est entretenue par Israël. Car si nous étions unis, nous pourrions au moins obtenir quelques uns de nos droits. Le problème, c'est que nous avons toujours cette mentalité à Gaza : "si tu n'appartiens pas au Hamas, tu es contre le Hamas". C'est un peu la même chose en Cisjordanie.


Ayman Mghames © Jessie Boylan

 

Comme Ayman, Mariam, une jeune étudiante de 20 ans rêve de quitter Gaza pour aller étudier le chant à Londres. Pour le moment, Israël ne l'autorise pas à quitter le territoire. Cette jeunesse désabusée trouve à travers la musique un moyen d'exprimer sa lassitude d'une situation bloquée depuis des années. Un simple exutoire, à défaut d'une porte de sortie.

Reportage signé Sébastien Laugénie, correspondant du Mouv' à Jérusalem.

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires