Future Islands, un chanteur à coffre fort

Les trouvailles de Pascal Bertin Mercredi 16 avril 2014

Réécoute
Future Islands, un chanteur à coffre fort
Grâce à une prestation live au David Letterman Show qui a battu les records de diffusion en ligne, le trio de Baltimore impose enfin sa pop synthétique à la planète, profitant d'un troisième album époustouflant.

 

A la fin de leur prestation, David Letterman s'égossille, "wow, c'était formidable !" Ce que ne sait pas encore le légendaire présentateur américain, c'est que la vidéo du live des Future Islands va battre les records de vue des lives de son émission. Le monde connaît enfin les Future Islands et ne sera plus jamais le même.

 

La raison de cette trainée de poudre en ligne ? La prestation insensée du chanteur Samuel Herring, qui bouge de façon étonnante, habillé tout en noir avec un t-shirt moulant et un pantalon bien repassé par sa maman avec des plis sur le devant.

Trapu, pas très sexy, il a la tête d'un Phil Collins jeune, rappelle le côté pompier et sans complexes de Meat Loaf, mais il met tellement d'intensité dans son jeu qu'il met forcément le public dans sa poche. Derrière lui, les trois musiciens font sagement le boulot, débitant une électro pop synthétique sensuelle qui convoque New Order et le Roxy Music disco du début des années 1980.

Tous sont originaires de Caroline du Nord où ils avaient formé le groupe Art Lord & The Self-Portraits dont une excellente compilation se télécharge sur leur Bandcamp. Le groupe sonnait comme Future Islands en plus brut, avec une pop synthétique sur laquelle Sam Herring posait une voix plus grave à la James Murphy de LCD Soundsystem.

Et c'est en 2008 qu'ils se transforment en Future Islands et déménagent à Baltimore où ils sont associés à la scène électro pop Wham City dont l'artiste le plus connu s'appelle Dan Deacon, un nerd qui fait de l'électro bien barrée et qui lui avait écrit un morceau de douze minutes : Wham City.


Pour leur troisième album Singles qui vient de paraître, Future Islands a signé avec le prestigieux label indépendant britannique 4AD (Cocteau Twins, This Mortal Coil, Pixies...), et en parallèle, à franchi un nouveau palier en terme de production pour signer son meilleur disque à ce jour.

Pour vivre l'expérience du David Letterman Show sans passer par l'intermédiaire d'un écran d'ordinateur, le phénomène sera en concert le 12 mai à Paris au Trabendo et le 13 à Metz, alors après avoir enflammé la Maroquinerie de Paris en février.

Album "Singles" (4AD / Beggars)


> Suivez Pascal Bertin sur Twitter

Toutes les chroniques Les Trouvailles de Pascal Bertin

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

 


 

 

Commentaires