FN à Villers-Cotterêts : comment ça va ?

le Reportage de la Rédaction Mardi 14 octobre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Quand le maire est FN rien ne change?
Comment vit-on lorsqu'on est jeune dans une ville gérée par le Front national ? A Villers-Cotterêts, où la mairie est passée à l'extrême droite au printemps dernier, près de 40% de la population a moins de trente ans. Six mois après les municipales, le FN n'a pourtant pas fait de miracle et les jeunes sont toujours délaissés.

 

La façade : rien n'a changé

L'élection d'un maire FN n'a rien changé.

 

Voilà ce qu'on répète dans le centre-ville de cette commune de 10.000 habitants. Les gens sont toujours aussi polis, on se dit bonjour, on vous laisse traverser sur les passages cloutés, il n'y a aucun problème d'insécurité, à part quelques dealers dans le parc du château. Et dans l'unique salle de cinéma, les films sont projetés pour quatre spectateurs.

Pourtant Franck Briffaut, le maire Front national a :

  • supprimé la commémoration de l'abolition de l'esclavage
  • supprimé les subventions aux syndicats CGT et la FCPE
  • annulé la venue d'un groupe de rock trop critique
  • augmenté le tarif de la cantine pour les enfants de chômeurs, avec cet argument: les foyers au chômage ont bien le temps de faire déjeuner leurs enfants.

 

La réalité : pour nous c'est encore pire

A Villers, rien n'est jamais fait pour nous, à part le foot. On n'a pas de centre social, pas de local associatif et même pas de mission locale !

 

Dans cette commune de Picardie, plus d'un jeune sur trois est au chômage, pourtant ceux-là ne trainent pas dans le centre. Depuis l'élection du maire FN, ces jeunes, souvent issus de l'immigration, restent dans leur quartier parce qu'ils se sentent trahis par les habitants de leur ville.

Leurs quartiers n'ont jamais connu de problèmes d'insécurité mais depuis l'élection du maire FN, des bagarres ont lieu en centre-ville la nuit ou même sur le parking de la gare.

 

Maria Anna tient une pizzeria dans le centre de Villers-Cotterêts

 

Je les vois en fermant mon restaurant, ces hommes qui se mettent à plusieurs pour aller casser du noir et de l'arabe. Ils sont en train de monter nos quartiers les uns contre les autres mais personne ne dit rien.


 

 

 

 

 

Les efforts de communication: pas de vague

A Villers-Cotterêts, comme dans toutes les communes gérées par l'extrême droite, le maire a son petit guide bleu pour les élus du FN. Un guide qui leur dicte la conduite à tenir pendant les six années à venir.

Quelles mesures prendre, quelle attitude adopter face aux adversaires, quels dérapages éviter ? L'objectif est clair : normaliser le parti de Marine Le Pen pour permettre au Front National d'accéder à la présidence de la République Française.

Les opposants: ouvrir les yeux des citoyens

Jean-Claude Monnier continue la lutte

 

Pour démasquer cette stratégie, une poignée de citoyens, organisés en association, tente de sensibiliser les habitants de cette commune par la culture. Ils organisent des débats, des conférences, font venir en privé les groupes de rock déprogrammés par le maire frontiste, parce que trop militants. Jagas (c'est le nom du groupe) s'est donc produit en juin sur un parking privé de la ville, avec une chanson composée spécialement pour l'occasion à écouter ici.

 


 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Reportage et photos : Cécile de Kervasdoué

Commentaires