Facebook: homme, femme et 50 autres possibilités

L'actualité numérique Vendredi 14 février 2014

Réécoute
Facebook: homme, femme et 50 autres possibilités
Facebook vient de déployer aux Etats-Unis une nouvelle option permettant aux personnes transgenres de sortir des deux cases traditionnelles, homme ou femme.

 

Un homme, une femme, et seulement deux possibilités ! Facebook vient d’en rajouter une cinquantaine dans la case “sexe” de l' “à propos” des pages profils, pour prendre en compte tout ceux qui ne reconnaissent pas dans la nomenclature “homme” ou “femme”.

 

La case, d’ailleurs, ne s’appelle plus “sexe” mais “genre”, ce qui ne manque pas de faire écho à une certaine actualité politique française. Rassurons les Hommen, ils peuvent rester chez eux et éviter de prendre froid, l’option n’est pour l'instant activée que sur les profils américains.

On peut maintenant choisir “Male”, “Female” ou “Custom”. Facebook s’aligne ainsi sur Google +, qui possède aussi une troisième nomenclature, “Other”.

Gender Fluid ou Trans* Woman ?

Mais contrairement à Google + qui ne précise pas outre-mesure ce que recouvre le “Other”, le “Custom” amène à préciser son choix, parmi 50 possibilités:

Agender

Androgyne
Androgynous
Bigender
Cis
Cis Female
Cis Male
Cis Man
Cis Woman
Cisgender
Cisgender Female
Cisgender Male
Cisgender Man
Cisgender Woman
Female to Male
FTM
Gender Fluid
Gender Nonconforming
Gender Questioning
Gender Variant
Genderqueer
Intersex
Male to Female
MTF
Neither
Neutrois
Non-binary
Other
Pangender
Trans
Trans Female
Trans Male
Trans Man
Trans Person
Trans* Female
Trans* Male
Trans* Man
Trans* Person
Trans* Woman
Transexual
Transexual Female
Transexual Male
Transexual Man
Transexual Person
Transexual Woman
Transgender Female
Transgender Person
Transmasculine
Two-spirit

Il est intéressant de noter que ces 50 catégories ne sont pas réservées aux personnes transgenres, puisqu’on peut aussi choisir d’être “Cis male” ou “Cisgender female”, à savoir qu’on se reconnaît dans le genre qu’on nous a attribué à la naissance.

"Wish THEM a happy birthday !"

«Il y a beaucoup de monde pour qui ça ne signifie rien, mais pour le peu de personnes concernées, ça veut dire beaucoup», explique Brielle Harrison, l’ingénieur de Facebook qui a travaillé sur le sujet, elle-même transgenre, qui est passée du statut “Female” à “TransWoman”.

J'ai un peu galéré sur cete dernière phrase, très délicate en terme de pronoms personnels, avec le problématique “elle-même”. Un dilemme que résout Facebook en proposant une option alternative pour les “Custom”, avec l’utilisation du “they singulier”.

Facebook a consulté plusieurs associations transgenres américaines avant de déployer sa nouvelle option, afin de choisir les termes à proposer. Le réseau social devrait en faire de même pour chaque nouveau pays où l’option sera activée, afin de trouver dans chaque langue les termes appropriés.

Facebook aurait-il une morale ?

Facebook, qui semble s'être soudainement trouvé une morale, évite deux écueils avec cette nouvelle fonctionnalité: sur la question de la vie privée, et sur celle de la publicité.

Les personnes qui cochent “Custom” pourront choisir très simplement de n’afficher ce statut que pour leurs amis, ou que pour certains de leurs amis. Et Facebook l’assure : le changement de genre ne s’affichera pas dans le news feed, ce qui évitera des statuts quelque peu étranges du type : “Thomas is not a man anymore and is now a gender fluid.”

Facebook promet également que l’information du genre ne sera pas disponible pour les publicitaires, qui ont toujours pu choisir de cibler leurs annonces en fonction du sexe, pour les hommes ou pour les femmes.

Mais qu'en dira Jean-François Copé ?

La nouvelle option ne comble pas tous les manques de Facebook. Les personnes transgenres devront toujours choisir entre “hommes” et “femmes” dans la case “intéressé par”. Les cases des relations familiales restent elles aussi à l’ancienne, avec les dénominations “fils” et “filles”.

Ce lancement aux Etats-Unis sans polémique montre que la question du genre se porte beaucoup mieux outre-Atlantique qu’en France. On ose à peine imaginer la réaction des anti-gender si Copains d’avant avait lancé cette option ! Jean-François Copé nous aurait sans doute expliqué qu’on demande aux enfants de 3 ans de cocher une des 50 cases « Custom » à l’inscription en maternelle.

Open relationship et It's complicated

Ce changement de la bio Facebook n’est pas que symbolique. Vu l’importance du site, elle peut aussi avoir des effets sur la société. Facebook avait déjà inventé le « Custom » des relations amoureuses en introduisant entre le « In an relationship » et le « Single » deux notions intermédiaires qui sont presque rentrées dans le langage français : « It’s complicated » et « In a open relationship ».

L’arrivée de l’ “open relationship” en France a été presque une révélation : il n’existe pas de termes correspondant dans le langage français, à part le très connoté “plan cul” ou le trop poussiéreux “relation libre”. L’ “open relationship” a mis un mot sur une situation, tendant à la légitimer et paradoxalement à la cadrer.

Le “It’s complicated” est devenu lui aussi un nouveau stade des relations amoureuses, souvent utilisé pour qualifier sa relation avec son ex. Le terme inventé par Facebook a fait de l’entre-deux brumeux, consistant à revoir son ex, un statut en soi. La complication peut durer, elle est socialement validée.

Facebook a toujours excellé dans la définition des statuts alternatifs. Cette petite révolution du gender en est une nouvelle preuve.

Vincent Glad.

 


 

> Toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

Photo: Flickr / CC licence by Anne McGinley


Commentaires