Facebook, calvaire des souffre-douleurs

le Reportage de la Rédaction Mercredi 27 novembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Facebook, calvaire des souffre-douleurs
Le harcèlement à l'école a toujours existé. Mais aujourd'hui, avec les réseaux sociaux, l'humiliation se poursuit après les cours. La maison n'est plus un refuge. Un plan de lutte contre le cyber-harcèlement vient d'être lancé.

 

Cécile de Kervasdoué, de la rédac' du Mouv', s'est penchée sur le phénomène. Son reportage en cliquant ci-dessus.

 

Je n'en ai jamais parlé à l'époque, parce que j'étais timide, et j'avais peur des représailles.


 

Christophe Lemaître est quadruple-champion d'Europe de sprint. Il connaît le succès et la gloire. Une revanche après une scolarité de brimades et de souffrance. "Mes années collège, ça a été quatre ans de moquerie. On me disait que j'étais débile." Son témoignage ci-dessous :

 

Christophe Lemaître aux Jeux Olympiques de Londres © CC FlickR Tab59

 

L'athlète tricolore n'est évidemment pas un cas isolé. Le harcèlement à l'école touche un élève sur dix en France. Et les moqueries prennent parfois une tournure particulièrement inquiétante : intimidations, agressions physiques, menaces de mort. Ainsi s'explique un quart de l'absentéisme chronique. Et alors que la maison pouvait autrefois servir de refuge, ce n'est plus le cas. Les victimes subissent des attaques en permanence, sur les réseaux sociaux. Il n'y a plus de répit possible.

 

Opale, en quatrième au collège parisien Anne Frank, a connu ça. "On avait créé un faux profil à mon nom sur facebook. Ils y écrivaient des trucs qui ne me plaisaient pas." Contrairement à d'autres, elle a eu le courage de prévenir ses parents, et les professeurs de l'établissement. Car le silence est le risque principal. C'est pour libérer la parole des victimes que le gouvernement vient de lancer une campagne de sensibilisation.

 

L'une des vidéos de la nouvelle campagne gouvernementale © Contre le harcèlement à l'école, 2013

 

Justine Atlan dirige l'association e-Enfance, contactée par le Ministère de l'Education Nationale pour des interventions dans les écoles, les collèges et les lycées. "Ce qui se passe sur Internet n'a rien de virtuel, et la loi s'applique sur le net comme partout ailleurs." Au collège Anne Frank, l'infirmière scolaire, Mme Marco, organise des médiations entre harceleurs et harcelés : "Je me rappelle d'une jeune fille qui avait traité une camarade de pute, mais quand on lui a posé la question, elle ne savait pas ce que ça voulait dire."

 

Peu à peu, les élèves prennent conscience de leurs actes. Un travail fastidieux et permanent auquel les parents doivent participer. Cette campagne gouvernementale leur est également adressée. Deux numéros verts sont à votre disposition pour tout renseignement :

  • Stop Harcèlement : 0.808.807.010
  • Net Ecoute : 0.800.200.000

 

Un site internet dédié a également été mis en place. Pour y accéder, cliquez ici.

 


 

Photo de couverture : capture d'écran de la campagne Contre le harcèlement à l'école.

 

Commentaires