Fabrique moi un vinyle

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Vendredi 18 avril 2014

Réécoute
Fabrique moi un vinyle
A l'occasion du Disquaire Day, le Mouv' vous emmène chez le premier fabricant mondial de vinyles. C'est en République Tchèque, dans la banlieue de Prague. Le pressage des galettes se fait dans une improbable usine datant de l'ère soviétique.

 

L'accueil de GZ Media. Déco à base de vinyle.

 
Si vous faites partie des courageux lève-tôt qui étaient debout pour acheter l'un des 449 exemplaires du Pennyroyal Tea de Nirvana en 45t, sachez qu'il a sans doute été fabriqué à l'ancienne en République Tchèque, dans une usine construite en 1948 à l'époque du rideau de fer.

C'est à 26 kilomètres de Prague, à Lodenice, petit village en bord d'autoroute, que votre vinyle a été pressé : chez Gramofonove Zavody, désormais GZ Media.

Ces dernière années les 33 tours aux pochettes chiadées sont devenus de véritables objets de collection. Le retour en grâce du vinyle se confirme, quand de plus en plus la musique se dématérialise, se télécharge. Le vinyle, c'est "fashion" disent les cadres dynamiques de GZ Media, une bande de trentenaires bien lookés qui communiquent en anglais.

 

 

GZ Media est une entreprise internationale, qui exporte partout dans le monde et qui travaille à la fois pour les indépendants et pour les majors : Universal, Sony, Warner font appel à ses vieilles machines à presser, véritable trésor hérité de l'ère soviétique, quand GZ Media était, dès 1951, l'usine à disque de tout le bloc de l'Est.

En 2013, GZ Media a battu un record vieux de 20 ans : son antique usine a produit 10 millions de vinyles. Cela fait de GZ Media le premier fabricant mondial de disques vinyles.

 

Le reportage de Benjamin Illy à GZ Media, sur la fabrication d'un vinyle de A à Z :

Au microscope, scruter les ondulations des sillons qui ne doivent jamais se toucher, par Benjamin Illy

GZ Media, c'est une entreprise de plus de 60 ans, qui a vécu plusieurs vies. Après la Révolution de Velours, elle est passée sans complexe, du communisme au capitalisme, reprise un temps par un fonds d'investissement américain (Winslow Partners).

L'usine date de 1948, ça se voit un peu...

 

Presse à vinyle : du matériel d'époque 
 
 
 
 
De son époque soviétique, GZ Media a gardé des couloirs verdâtres un peu sordides, la vieille horloge sur la cheminée de l'usine et ces ouvriers qui se transmettent de génération en génération un précieux savoir-faire : eux-seuls savent réparer, maintenir en vie ces presses à vinyles des années 50.
 
 
 
 
Des presses neuves ça ne se trouve plus. Si GZ Media a réussi sur le marché du vinyle, c'est aussi parce que dans les années 90, quand le CD régnait en maître, "les responsables de l'usine ont été paresseux" confie un cadre du service client. Ils n'ont pas pris le temps de se débarrasser des presses...bonne idée ! Derrière le revival du vinyle n'a pas tardé. La flemme a payé !

 

Après avoir été pressé, le vinyle se repose quelques minutes, par Benjamin Illy
 

 

Les grains de vinyle : une production maison, matière première du disque.

 
Tout en négociant parallèlement le virage du CD et du DVD (GZ Media possède aussi une usine ultramoderne à côté de l'ancienne fabrique), l'entreprise a accompagné le renouveau du vinyle. Pari gagnant, aujourd'hui la production de disques microsillons progresse de 30% chaque année.

GZ Media s'est imposé sur le marché du vinyle grâce à la crise économique et la crise du marché du disque : en proposant des tarifs très compétitifs, les majors n'ont pas longtemps hésité : fabriquer à l'est plutôt qu'à l'ouest, c'était moins cher.

 

 

L'usine de vinyle de GZ Media fonctionne à la "tchèque" : elle tourne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les 200 salariés de l'usine de vinyle travaillent 12 heures par jour. Ils sont payés en moyenne (selon les chiffres de la direction), 900 euros par mois, soit l'équivalent de trois fois le salaire minimum en République Tchèque.

 

Dans les bureaux du service client., encore des vinyles.


Reportage, texte, photos : Benjamin Illy

 


 

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires