Europe vs Facebook : nouveau revers judiciaire

le Reportage de la Rédaction Mercredi 01 juillet 2015

Réécoute
Dernières diffusions
Facebook : Max contre Mark
Un tribunal civil autrichien vient de rejeter le recours collectif des 25.000 usagers européens qui reprochent au réseau social d'utiliser illégalement leurs données personnelles. La rédac de Mouv' a rencontré en décembre dernier Max Schrems, l'étudiant autrichien à l'origine de cette bataille judiciaire hors norme.

Il a tout juste 27 ans. Mais il est à la tête d'une fronde européenne anti-Facebook. Max Schrems est autrichien et se bat contre l'utilisation abusive par le géant de l'Internet des données personnelles de ses utilisateurs. Cet étudiant en droit est à l'origine du plus grand recours collectif en Europe contre le réseau social au milliard d'utilisateurs. Il vient donc de perdre une bataille de plus, mais annonce d'ores et déjà qu'il fera appel de cette décision et assure qu'il "savait que la procédure durerait encore un certain temps". 

En décembre dernier, la rédaction de Mouv' a fait sa connaissance à Vienne ! 


Max Schrems a seulement 3 ans de moins que Mark Zuckerberg et on les imaginerait parfaitement côte à côte il y a quelques années sur les bancs d'une fac aux Etats-Unis. L'étudiant autrichien parle d'ailleurs un anglais absolument parfait. Comme le créateur de Facebook il a dit avoir simplement "eu une idée soutenue par des milliers de personnes sur Internet". Mais il s'agit d'une idée qui l'oppose frontalement à la firme américaine.

 Le jeune homme est à la tête d'une class action contre Facebook, devant la justice autrichienne. 25.000 plaignants accusant le mastodonte aux 150 milliards de dollars de valorisation boursière de détention abusives d'informations privées et réclamant chacun 500 euros. Celui qui a fait de son combat le sujet de sa thèse qu'il est en train de terminer, a la conviction que l'Europe "doit défendre ses valeurs dans un monde où le business est devenu loi". Facebook n'en est qu'une illustration.

Ne pas perdre trop de plumes

A travers la vitre embuée du café où il a fixé le rendez-vous, dans la vieille ville de Vienne, à deux pas de son appartement, on aperçoit la banque dans laquelle l'étudiant a ouvert un compte. Pas pour lui, précise-t-il en éclatant de rire, mais pour protéger les dons récoltés sur son site internet Europe versus Facebook. 60.000 euros, et encore il a dû dire stop. La cagnotte était suffisante pour éviter de perdre trop de plumes dans ce bras de fer judiciaire inédit, qui ne fait que démarrer après un premier épisode en Irlande et qui devrait durer encore des années.

 

L'étincelle qui a fait démarrer l'histoire de David contre Goliath a l'ère numérique : un semestre universitaire en Californie. L'agacement d'entendre lors d'une conférence des patrons se moquer du droit européen sur la protection de la vie privée. Max Schrems réclame alors à Facebook une copie de ses données personnelles pour se faire une idée de ce qui lui échappe. Il reçoit alors 1200 pages qui le mettent hors de lui : des données supprimées il y a des années et des infos postées par ses amis et qui ne devraient pas figurer dans son fichier. Il est convaincu que Facebook ne respecte pas réellement ses propres clauses de confidentialités. Et que celles-ci sont en contradiction avec le droit européen.

Une richesse monopolisée par quelques géants

Seule solution pour tenir le coup face à l'armée d'avocats de Mark Zuckerberg : ne pas prendre la chose trop au sérieux, ni trop personnellement. Max Schrems n'a pas fermé son compte Facebook. Il s'évade le plus souvent possible pour des week-end de snowboard dans ses montagnes natales. Il répète qu'il "aimerait passer à autre chose", qu'il en a "marre de répondre aux journalistes" même s'ils sont sa meilleure arme, qu'il ne veut pas en faire son métier. Et surtout qu'il se moque un peu du résultat, car le plus important, conclut le jeune juriste, c'est bien de poser la question de la richesse que représente les données personnelles aujourd'hui, "une richesse monopolisées par quelques géants, et qu'il faudrait peut-être penser à redistribuer".

Dans la playlist de Max Schrems : 

 


 

Reportage : Claire Chaudière 

Photos de couverture : © Claire Chaudière

Photo Europe versus Facebook : © Europe versus Facebook

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes


 

Commentaires