"Etre une fille, c'est sentir bon et ne pas trop manger"

le Reportage de la Rédaction Mardi 03 décembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
"Etre une fille, c'est sentir bon et pas trop manger"
Le ministère de l’Éducation expérimente ses ABCD de l'égalité, un programme destiné à lutter dès le plus jeune âge contre les clichés sexistes. Les opposants, issus de la nébuleuse "Manif Pour Tous" y voient une introduction de la théorie du genre à l'école.

 

Pour ne pas attirer les foudres du Printemps Français, Cécile de Kervasdoué a du taire le nom et la commune de l'école de l'Académie de Créteil où elle a réalisé son reportage, à écouter en cliquant ci-dessus.

Lorsque l'on demande à des élèves de CM1 de nous décrire ce que c'est que d'être une fille ou un garçon, les réponses laissent songeur, mais ne surprennent pas vraiment.

Etre une fille, c'est pouvoir se maquiller, faire des concours de beauté, être ou se sentir intelligente. C'est sentir bon et ne pas trop manger. Les garçons aiment la bière, le foot et les voitures.


Les filles et les garçons, autoportraits © Cécile de Kervasdoué, le Mouv'
 
Des clichés profondément ancrés, que les ABCD de l'égalité visent à combattre. L'expérimentation est menée depuis la rentrée dans 10 académies et 600 écoles maternelles et primaires. Initiée par la ministre du Droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem et portée par l’Education nationale, elle s'inscrit dans les programmes existants et pourrait être étendue après évaluation en 2014.
 
     
Pour les profs engagés dans la démarche, les stéréotypes s'immiscent à tous les stades de l'éducation. Des clichés relayés par la télévision, la littérature jeunesse, la publicité, mais aussi par les parents et les enseignants eux même, comme le reconnaît l'une d'entre elle :
  
Un jour une élève de CM2 m'a dit qu'elle voulait devenir conducteur de travaux. J'ai marqué un temps d'arrêt... Et quand un enfant est malade, c'est la mère que l'on appelle systématiquement en premier. Ce sont des petites choses que l'on fait sans y penser.

Catalogue de jouet à contre courant © Super U, Noël 2012


Parmi les outils mis à disposition des enseignants : des grilles pour évaluer le nombre de fois où ils interrogent les filles et les garçons dans leur classe, des livres avec des héroïnes et non plus des héros, des réflexions sur les catalogues de jouets... Pas forcément du goût de certains parents.

L'épouvantail du Gender

Transfuge de la Manif Pour Tous, le collectif Familles 94 dénonce l'introduction de la théorie du genre à l'école. Ses enfants ont beau être scolarisés dans le privé, Caroline de Dieuleveu s'inquiète d'une dérive idéologique au sein de l'école.

Nous ne voulons pas de ce changement de civilisation. Notre civilisation s'est construite depuis 2000 ans sur certaines bases, certains repères qui sont nécessaires.



Des arguments maintes fois entendus pendant les manifs anti-mariage gay. A l'époque déjà, les militants agitaient l'épouvantail du "gender", cette fameuse théorie qui introduit une distinction entre sexe et genre. Ces derniers jours, le Printemps Français multiplie les intimidations (jet de souris de laboratoire, collages sauvages) envers le syndicat enseignant SNUIPP. 

 

Local SNUIPP à Orléans, nov. 2013 / © Printemps Français
 

Najat Vallaud Belkacem rappelle pourtant qu'il n'est pas question de nier les différences entre les sexes ou de faire la promotion d'une sexualité plutôt que d'une autre. Les ABCD de l'égalité n'ont pour seul objectif que de tordre le cou au stéréotypes, pour préparer une société plus égalitaire.

Pour y parvenir un seul outil: la pédagogie. D'où les efforts menés par le ministère de l'éducation nationale pour former les enseignants des 10 académies pilotes. Petit détour dans les coulisses de l'ABCD: une session de formation à l'égalité des sexes. Accademie de Creteil, novembre 2013 :

   
Reportage pour le Mouv' signé Cécile de Kervadsoué.

Commentaires