Etre lesbienne aujourd’hui

Point G comme Giulia Lundi 07 octobre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Etre lesbienne aujourd’hui
Il y a Adèle, jeune fille de 15 ans qui tombe sous le charme d’Emma. Puis une histoire d’amour entre les deux femmes, sans cliché et nullement graveleuse, sur grand écran. S’en suit une Palme d’Or et la mise en lumière de milliers d’autres histoires, «vraies» cette fois ci...

 

Et puis des critiques, aujourd’hui : « voyeurisme », « vision d’homme sur l’homosexualité », « cliché », « caricature »… On ne débattra pas ici de la Vie d’Adèle. En revanche, le film pose question sur nos représentations de l’homosexualité féminine.

 

Si les vagues houleuses nées autour du Mariage Pour Tous semblent aujourd’hui plus calmes, les idées reçues sur l’homosexualité, elles persistent. Et lorsqu’on parle d’homosexualité féminine, c’est la porte ouverte aux clichés. Par définition, une lesbienne serait une camionneuse, pas vraiment belle, en guerre perpétuelle contre la gente masculine, un brin aigri et un poil mal baisée. L’homosexualité féminine, n’est jamais vraiment prise au sérieux : c’est toujours, un peu, quelque part, vu comme une « semi-sexualité », en attendant l’homme, le vrai. C’est de l’imaginaire, du fantasme, et rarement, on parle de la réalité des lesbiennes d’aujourd’hui : de vraies histoires d’amour, de rencontres, de passions, d’aventures et de partages. D’homophobie et de lesbophobie aussi. Etre femme et homo, ça dérange, autant chez les hétéros que chez les gays. Moins organisées et moins visibles que les associations d’homos au masculin, les lesbiennes voient leurs droits avancer beaucoup moins vite et leur voix rester sans écho.

Entre mythe et réalité, c’est quoi être lesbienne aujourd’hui ? On en parle ce soir avec Marie-Laure Peretti, psychologue et OcéaneRoseMarie, comédienne, dont le spectacle « La lesbienne invisible », vient tout juste de devenir une bande dessinée.

Avec nous également, Natacha Chetcuti, sociologue, docteure en anthropologie, qui vient de signer aux éditions Payot & Rivages, "Se dire lesbienne".

 


 

 

 

Et l'unique revue de presse de l'unique Mathilde Terrier, c'est ce soir.


Demain : Violences sexuelles : pour en finir avec les idées reçues

 

Point G se construit avec vous ! Toutes vos questions, toutes vos réflexions sont donc les bienvenues. Et pour ça, vous avez le choix :

 

-Le répondeur de l’émission : 01 56 40 54 54

-Notre compte Twitter :  @pointgiulia

-Notre page facebook : Point G comme Giulia

-Notre adresse mail : pointg@radiofrance.com

 

Abonnez-vous au podcast : RSS & iTunes

 

 


Point G comme Giulia : Giulia Foïs

Attachée de production : Julie Verne

Community Manager : Capucine Darmuzet

 

 

 

Commentaires