Et si l'Ecosse kiltait le Royaume Uni ?

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Jeudi 09 janvier 2014

Réécoute
Et si l'Ecosse kiltait le Royaume Uni ?
En septembre prochain, les écossais diront par référendum s'il veulent ou non devenir indépendants. La campagne a déjà démarré et les débats font rage entre les partisans du oui et les autres. Même si les chances des indépendantistes sont assez maigres.

 
Franck Mathevon ne sait pas jouer de cornemuse. Mais il comprend parfaitement l'accent écossais. Son reportage en cliquant ci-dessus.

D'un côté les partisans du NON, fidèles à la Couronne et regroupés sous la bannière Better Together. De l'autre, les indépendantistes, incarnés par le SNP, un parti plutôt classé à gauche. En 2011, le SNP remporte les élections régionales à la surprise générale. Majoritaire au parlement écossais, il mène campagne pour le OUI, invitant les écossais à faire "un choix entre deux futurs."

 

Le SNP joue sur la fibre traditionnelle et l'identité "scottish" : whisky, kilt et cornemuse. Ils louent la fierté des écossais, qui ont souvent défié l’Angleterre, en 3 siècles de rattachement à la Couronne. Le second argument est économique : grâce à ses ressources agricoles, pétrolières et gazières, l’Écosse s'en sortirait selon eux très bien toute seule.

Plateforme pétrolière en mer du nord cc Flickr par jcoterhals


Le SNP place tous ses espoirs en la jeunesse qui pour la première fois, pourra voter dès 16 ans au référendum du 18 septembre prochain. Mais les chances des indépendantistes restent maigres. Les différents sondages donnent 60%-40% en faveur du non.

En cas d'indépendance, le SNP promet de conserver la livre, éventuellement de faire entrer l’Écosse dans l'Union Européenne. Tout l'enjeu est de convaincre que l'avenir économique sera plus prospère en coupant les liens avec Londres. Dans l'autre camp, on affirme le contraire.

 

Les partisans du NON affirment que l'Ecosse est plus riche au sein du Royaume Uni © Better Together


Les trois grands partis du pays (Conservateurs, Travaillistes et Libéraux-démocrates) militent contre l'indépendance, appuyés par le Premier Ministre britannique David Cameron, qui exhorte les écossais à voter NON. Isolé dans son combat, le SNP espère que les indécis feront basculer le vote.

Reportage signé Franck Mathevon, correspondant du Mouv' à Londres.


 

Illustration de couverture : cc Flickr par Nicolas Raymond

Commentaires