Et si en 2020 le vote était obligatoire ?

Mouv' Futur (2015-2016) Lundi 23 mars 2015

Réécoute
Et si en 2020 le vote était obligatoire
Face à l'abstention régulière en France et qui a d'ailleurs encore marqué le premier tour des élections départementales ce weekend, certains politiques voudraient rendre le vote obligatoire. Alors concrètement, qu'est ce que ça changerait ? Arnaud Souque a enquêté pour Mouv'.

Il est déjà obligatoire à Chypre, en Grèce, et Astralie au Luxembourg ou en Belgique. Et si le vote n'était plus une option en France ? La question est régulièrement soulevée par nos politiques, devant les taux d'abstention indigents auxquels on assiste lors des scrutins locaux depuis de nombreuses années. Elle l'a encore été récemment par le chef de file des députés écolos, François de Rugy.

Des amendes de 30 à 60€ en Belgique

En Belgique par exemple, celà fait 122 ans que le vote est obligatoire. Résultat, à chaque scrutin, près de 9 électeurs sur 10 se déplacent. C'était par exemple le cas lors des dernières européennes de mai 2014. 90% de participation outre Quievrain, c'est deux fois plus qu'en France pour le même scrutin. Il faut dire que la législation là bas n'incite pas vraiment à rester dans son canapé les dimanches d'élection. Comme quand tu brûles un feu rouge ou que tu roules à 150 km/h sur la Nationale, ne pas voter là bas, expose à passer devant un tribunal. Et à moins d'avoir un bon mot d'excuse du docteur ou du patron, les chances de s'en sortir sont minces. 30 à 60€ d'amende pour les resquilleurs, qui peuvent même être déchu de leurs droits civiques en cas de récidive.

Qu'est ce que ça changerait ?

Premièrement, une telle loi en France permettrait d'arrêter de discuter du sujet à chaque fois qu'une averse nous tombe sur notre tête. Rien que depuis 2002 et la qualification au second tour de Jean Marie Le Pen lors de l'élection présidentielle, il y a eu trois propositions de loi sur le tapis pour rendre le vote obligatoire. Elles ont été avortées à chaque fois.

Deuxièmement, au delà de renforcer les taux de participation, celà obligerait aussi les politiques à faire campagne partout. Dans les fiefs où la participation est historiquement haute, mais aussi dans les zones où les gens ne votent pas traditionnellement. Celà permettrait de revenir à une politique plus humaine, plus tournée vers le terrain.

Enfin, certains y verraient une bonne façon de lutter contre la montée du Front National. Il y a en France un vieil adage qui dit que l'abstention profite à l'extrême droite, et donc qu'à l'inverse, de forts taux de participation nuirait à sa réussite. Ca n'est pas forcément vrai analysent les spécialistes.

 


Photo d'illustration. Cc Wikipédia

 

Commentaires