Et le sexe libre et consenti, c'est du poulet ?

Rien à voir Lundi 10 novembre 2014

Réécoute
Et le sexe libre et consenti, c'est du poulet ?
Selon Biba et Terrafemina, les femmes doivent se forcer pour coucher et pas trop faire les malignes.

 

Je précise que je ne suis pas du tout obsessionnelle, mais juste cheval en signe chinois. Souvenez-vous : dans une précédente chronique, je vous livrais ma petite analyse sur la presse féminine française, et concluais, en gros, que les journalistes de ce type de support n'ont visiblement pas inventé le mur mitoyen. Et desservaient parfois radicalement la cause des femmes.

Etonnament, après cette chronique, je n'ai reçu ni mail d'insultes, ni courrier piégé. Pas même un petit "j'te prends quand tu veux à l'aquabike" de la part d'une journaliste beauté. Du coup, je vais pas trop me gêner pour en remettre une couche ce matin.

Certains évidemment diront que c'est une idée fixe et que je dois être bien malheureuse pour m'acharner ainsi sur ces pauvres filles. Mais enfin, certains ont aussi lancé un hashtag #freeNabilla, alors la démocratie participative, on s'en tape un peu.

Ferme ta gueule Guenièvre

Voilà pourquoi j'ai décidé de vous parler ce matin de cet article pubié dans le magazine BIBA et repéré par le site Brain.

Ca s'appelle 10 choses que les femmes font au lit et que les hommes n'aiment pas. Et contrairement à ce que vous allez imaginer quand je vous en livrerai la substantifique moelle, cet article n'a pas été écrit au Moyen-âge par un ménestrel mais bien en 2014 par une journaliste.

C'est, vous l'avez compris, une liste de conseils sexo. Y en a 10, je ne vais en reprendre que 4.

L'homme n'aime pas quand on veut discuter après l'amour. Ou faire des bisous, refaire le monde… bref. Après l’acte, notre homme a plutôt envie de nous tourner le dos et de roupiller. Il ne faut pas le prendre mal, cela n’a rien à voir avec nous. C’est physiologique… il veut dormir.


 

 

Donc, tu l'as compris Guenièvre, tu fermes ta gueule, tu remballes tes bisous et ton petit débat sur l'écotaxe, et tu laisses Lancelot dormir. C'est pas tout ça, mais demain, il a des Wisigoths à défoncer.

L'homme n'aime pas quand on lui demande, durant l’acte : "Et si on faisait un enfant ?"


 

Parce que c'est bien connu, les femmes ne couchent que pour se reproduire. C'est bien connu aussi, il n'y a que des relations hétérosexuelles et des enfants nés d'un coït. Comme sous les Carolingiens.

Passons à la phase plus sexuelle:

L'homme n'aime pas quand on est trop dominatrice. Notre homme n’a pas du tout envie qu’on  lui vole sa place. Etre active et prendre des initiatives, oui. Etre virile…  ben non"


 

On va devoir raquer la gabelle dans le tiers provisionnel

Pour résumer, cet article est insultant pour tous les protagonistes, hommes et femmes. Les femmes sont présentées comme des serpillères à foutre bavardes, obsédées par la maternité et qui ont cette fâcheuse tendance à se prendre pour des bonhommes. Les hommes eux, sont présentés comme des goujats qui se sentent dévirilisés si la femme ose se montrer un peu trop enthousiaste. Les gays et les lesbiennes, eux, ne se sentent rien du tout puisque visiblement, tout le monde se bat la race de leurs ébats.

Vous allez voir que dans deux secondes, on va devoir raquer la gabelle dans le tiers provisionnel.

Bien sûr, d'aucuns objecteront que c'est pas la première fois que dans la presse les femmes sont objectifiées. Le problème c'est que c'est pas loin de représenter la majorité des articles traitant du sujet.

Hier, j'ai fait un test: j'ai tapé "sexe femmes" dans Google actus et le premier article sur lequel j'ai été redirigée provient du site Terrafemina. Il est intitulé 10 bonnes raisons de faire l'amour ce soir. Il est encore une fois adressé aux femmes qui, je cite  "après une dure journée de boulot, le bain des enfants et l’épluchage des oignons, n'ont pas forcément la tête à ça".

Respectez-nous putain

Dans cet article, on apprend aussi, que même si elles n'ont pas envie, les femmes doivent se forcer à faire du sexe, parce que c'est bon pour elles. Le sexe fait maigrir: "on brûlerait 300 calories quand on est en-dessous, 600 quand on est debout". Faut checker quand même avec la meuf de Biba, si c'est pas trop viril d'être debout.

J'ai d'ailleurs une pensée pour une copine qui a fait de la fellation un projet de vie parce qu'un mec lui a dit un jour que les calories du sperme étaient négatives.

Alors, pardon d'insister encore cette semaine, mais entre ça et Biba, ça fait beaucoup, et c'est désesperant quand en 2014, on oublie qu'il y a un truc qui s'appelle le consentement et le droit à disposer de son corps; et que c'est encore plus déprimant quand ce sont des valeurs qui sont piétinées par des femmes.

A défaut de vous respecter, respectez-nous putain.

Nadia Daam


 

> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

 

 

Commentaires