Erodr, la réponse à ce vieux ringard de Facebook

L'actualité numérique Vendredi 21 mars 2014

Réécoute
Erodr, la réponse à ce vieux ringard de Facebook
Un nouveau réseau social lancé dans quelques université américaines. Sûrement pas le remplaçant de Facebook, mais au moins une tentative très intéressante de penser l'après-Facebook.

Un des fantasmes inassouvis de l'Internet est l'arrivée providentielle d'un remplaçant de Facebook, qui tuerait d'un coup de génie, le vieux réseau social. Le site de Mark Zuckerberg n'est pas prêt de mourir mais il n'est pas inintéressant d'examiner les concurrents qui frappent à la porte.

Nouveau venu sur les campus américains, Erodr est une tentative fascinante car ses choix d’interface témoignent de l’Internet tel qu’il est aujourd’hui, de l’Internet tels que les jeunes le souhaitent sans doute. Si Erodr ressemble furieusement à Facebook, tous ces choix d’interface sont résolument anti-Facebook.

Déjà, Erodr n’est disponible que sur mobile. L’ordinateur de bureau entame un lent déclin et Facebook, lui-même, s’en est rendu compte: c'est pour cette raison qu'ils ont racheté l'appli de messagerie mobile Whatsapp pour 19 milliards de dollars.

Ensuite, Erodr autorise ce que n’a jamais osé autorisé Facebook… le dislike, le pouce en bas !

Les ados des années 2010 contre les ados des années 2000

Mais surtout, tous les statuts postés sur Erodr disparaissent au bout d’un temps donné, le plus souvent 24h. D'où le nom de l’appli Erodr: les messages s’érodent. C’est très intéressant ce principe d’un réseau social évanescent, qui disparaît avec le temps, la logique de Snapchat appliquée à un réseau social.

Et ça commence à être une vraie tendance de fond d’Internet: ce sont les ados des années 2010 qui s’en prennent violemment aux ados des années 2000: on ne veut plus de votre Internet de ringards!

Car souvenez-vous: en 2004, Gmail, en annonçant une capacité de stockage quasi illimitée, ouvrait une brèche dans l'histoire de l'Internet: plus rien ne serait à jeter. Facebook ne fera que suivre ce modèle: avec une page profil et une boîte mail aux capacités illimitées. 

Se concentrer sur le présent

Les ados des années 2000 ont donc gardé en ligne toutes leurs casseroles de jeunesse (les photos bourrées sur Facebook, les lettres d’amour sur Skyblog) et personne ne sait si ce sera un jour effacé. Et, avant que Snapchat n'arrive, personne ne s'est jamais demandé s'il était bien nécessaire de garder tout cela, de construire sa vie sur un cimetière de souvenirs minuscules accessibles en 5 secondes.

Les ados des années 2010 ne veulent plus ça, comme l'explique la sociologue américaine danah boyd:

Un monde où tout est permanent et stocké en ligne n’est pas confortable. Snapchat, ce n’est pas qu’une question d’intimité : pour les ados, c'est une manière de contrôler encore plus ce qu’ils envoient. Avec cette application, ils se concentrent sur le présent : leurs blagues et messages qu’ils s’envoient sont faites pour un instant T, pas pour l’avenir. 


 

Oui, la vie, ce sont plutôt des paroles en l’air, des conneries qui disparaissent aussi vite qu’on les a dites. Ou comme le disait Roy Batty dans Blade Runner :

Tous ces moments se perdront dans l'oubli comme les larmes dans la pluie.


 

Pour l’instant, l’appli Erodr n’est disponible que dans certaines facs américaines. C’est la même logique que Facebook à ses débuts: pour s’inscrire, il faut avoir une adresse mail d’un campus. Mais là, où l’appli se différencie une nouvelle fois de Facebook, c’est que le réseau est confiné aux murs de l’université. Ce qui se passe à la fac reste à la fac.

Erodr ne veut pas connecter le monde comme Facebook, mais juste connecter les étudiants d’une université ensemble. D’un réseau social global et persistent, le modèle Facebook, on se dirige peut-être vers des réseaux locaux et éphémères, le modèle Erodr.

Et juste au cas où vous ne l’auriez pas compris: un réseau local et éphémère, ça s’appelle aussi la vraie vie. C’est ce qu’on va faire dans 20 minutes avec Thomas et Élodie, en allant se fumer une cigarette.

Vincent Glad

 


 

Crédit image : DailyDot

> Retrouvez toute l'actualité numérique

> Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

Tags

Commentaires