Envoyez votre voisin faire vos courses

le Reportage de la Rédaction Lundi 05 mai 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Envoyez votre voisin faire vos courses
Alors que la semaine de l'économie collaborative se poursuit jusqu'à mercredi, ce système de consommation alternatif ne cesse de s'étendre. Couchsurfing, crowdfunding, co-voiturage et maintenant co-courses : les échanges évoluent, et créent de nouveaux liens sociaux.

 

"Mince, j'ai oublié de racheter du lait !" Pas grave : demandez à votre voisin de se farcir la supérette pour vous. C'est le principe de cocourse.fr, nouveau site internet né à Rennes et qui se développe doucement : une dizaine de livraisons par semaine, 80 commerçants partenaires, et la volonté de s'étendre à tout le pays. Séverine, une Rennaise, a fait sa commande sur Internet. Elle a juste besoin de quelqu'un pour récupérer son panier à la sortie du magasin. Ce quelqu'un, elle l'a trouvé sur le site.

 

Cocourse.fr, comment ça marche ? Explications par la Novosphère de Rennes, porteur du projet

 

Yoann Lesouef, son créateur, veut simplement mettre en relation des particuliers. "Ca peut être une personne qui va livrer son voisin gratuitement, ou bien quelqu'un qui veut mutualiser ses frais de déplacements et va prendre une commission." A vous de voir la formule qui vous convient. Adrien, le compagnon de Séverine, reconnaît un système "moins naturel qu'une vraie relation de voisinage", mais en même temps "ça peut en être le point de départ". En disant ça, il décapsule des bières pour son livreur.

Mehdi se retrouve souvent avec plusieurs listes de courses en poche. Ca aide ceux qui ne peuvent pas se déplacer ou sont incapables de transporter des achats trop lourds. "Plutôt qu'acheter un pack d'eau à chaque fois, moi je leur en apporte six avec ma voiture." Il fixe ses tarifs à l'avance, et fait confiance sur l'honnêteté de ceux qui le contactent. "Au pire, les produits, je peux les garder."

 

Présentation de cocourse.fr par les équipes de FrenchWeb

 

Jusqu'ici, le modèle économique n'est pas tellement viable. Yoann Lesouef récupère 15% de chaque commission. Mais ça pourrait changer. "La moitié des Français pense que ce sera l'économie de demain", estime Nicolas Cohen, cofondateur du site alittlemarket.fr. Sur sa plate-forme, 300 créateurs vivent de leurs petites annonces. Il espère maintenant une aide de l'Etat pour accompagner cet effet sur l'emploi.

 

Pour un petit aperçu du OuiShareFest, le festival de l'économie collaborative (jusqu'au 7 mai au Cabaret Sauvage à Paris), c'est par ici.

Le contre-exemple AirBNB, à la limite de l'illégalité, c'est par là.

 


 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Reportage : Julie Lallouët-Geffroy                    Mise en page : Augustin Arrivé

Photo de couverture : capture d'écran © cocourse.fr

 

Commentaires