Enfin un vaccin contre le Sida !

Mouv' Futur (2015-2016) Mardi 03 février 2015

Réécoute
Mouv2020, vaccin, VIH, Sida
Chaque soir, la rédaction de Mouv' vous emmène dans le futur, en 2020. Un futur proche, qui fait un peu flipper ou qui donne carrément envie de se projeter. En 2020, 37 ans après la découverte du virus, un vaccin préventif contre le VIH est mis sur le marché.
  • La réalité :

En 2015, 35 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, la majorité (24,9 millions) en Afrique Subsaharienne. 13,6 millions de malades sont traitées par antirétroviraux.

En France, 6.400 personnes ont découvert leur séroposité en 2012. Plus de la moitié (56%) ont été contaminés lors de rapports hétérosexuels, selon les derniers chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire.

Dans son rapport Fast-Track, l'ONUSIDA (le Programme commun des Nations Unies contre le VIH-Sida) préconise d’accélérer la riposte pour éradiquer la maladie à l’horizon 2030. Il y a eu selon elle "plus de résultats ces cinq dernières années que les 23 précédentes." La fin du Sida apparaît possible.

"Le Sida ne fait pas partie du passé" / CC Flickr jacilluch

  • La Fiction

Mai 2015 : En Afrique du Sud, français et américains testent le RV144, dit « vaccin thaï » à grande échelle. Les résultats sont encourageants, mais insuffisants : seulement 33 % d’immunisation après injection du vaccin.

En mars 2018, après des essais menés sur 100 volontaires sains, les chercheurs français de l'Institut de Recherche Vaccinale publient leurs résultats. Leur vaccin, le VRI 10 est protecteur à 50%. En clair, une personne vaccinée sur deux est effectivement immunisée contre le VIH.

Mars 2019 : Sanofi dépose les brevets du VRI 10. Le vaccin est commercialisé. Il nécessite 6 injections différentes et coûte 50 euros. Pour l'instant, il n'est pas remboursé par l'Assurance Maladie.

  • Les questions

En a t-on fini avec la grande peur du Sida ? Le VRI 10 ne protège qu'une personne sur deux. Pourtant, depuis sa commercialisation, les autorités sanitaires s'inquiètent d'un relachement des pratiques. De nombreux jeunes n'utilisent plus du tout de préservatif, pensant que le Sida est un lointain souvenir.

Cette situation inquiète Diane Saint-Réquier. Actrice de prévention chez Solidarité Sida, elle anime le site Sexy SouciS, lancé en 2015.

Les jeunes me disent "ben j'ai entendu dire qu'il y a un vaccin, donc j'arrête de mettre des capotes". Le problème, c'est que le VIH existe toujours. Et ces derniers mois, la syphillis et la gonorrhée sont en pleine recrudescence.


Diane Saint-Réquier © Sébastien Sabiron


Cette recrudescence des Infections Sexuellement Transmissibles pose un véritable problème de santé publique. Après le Sida, la chaude pisse, la vérole et la chlamydia sont devenues les plus grandes ennemies de la sexualité des jeunes.

Reportage, photos, Sébastien Sabiron / Image d'illustration : CC Flickr Daniel Paquet.

 



 

Commentaires