"En France, on n'a pas de pétrole mais on a des données"

le Reportage de la Rédaction Vendredi 19 septembre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Henri Verdier, premier "administrateur général des données"
C'est une première mondiale : la France se dote d'un administrateur général des données. Quel est l'intérêt d'un tel poste ? Éléments de réponse avec cette première interview, en exclusivité pour Le Mouv'.

 

Dans un monde de plus en plus régi par le "Big Data", l'accès aux données publiques est un enjeu central. Le mouvement de libération des données publiques (ou opendata) se renforce depuis quelques années. Le gouvernement a donc décidé de se doter d'un administrateur général des données.

Henri Verdier, administrateur général des données

Entrepreneur et directeur d'Etalab, Henri Verdier est l'un des spécialistes français du numérique. Son ouvrage, L'Âge de la multitude, fait référence. Pour Le Mouv', il se confie sur cette nouvelle mission :

L'idée, c'est de faire en sorte que les décisions soient fondées sur les données.


Les données publiques, qu'est ce que c'est ?

Il s'agit des informations détenues par l'Etat (ministères), les collectivités locales (mairie de Paris) ou un établissement public (CNRS). Cela va du cadastre d'une commune aux statistiques de la délinquance du ministère de l'Intérieur en passant par les cartes ou images satellites produites par Météo France

A quoi ça sert ?

Dans un monde connecté où les nouvelles technologies transforment notre vie quotidienne, les citoyens exigent une plus grande transparence des pouvoirs publics. Cela tombe plutôt bien, puisque l'ouverture des données publiques peut constituer un outil au service de la démocratie et de la croissance économique.

  • Démocratie/transaparence : en donnant par expemple accès à la réserve parlementaire des députés et des sénateurs (dotations financières que les parlementaires peuvent utiliser pour financer des associations et des collectivités de leur circonscription).

 

  • Innovation : l'application "Dans ma Rue" utilisée par la mairie de Paris, permet par exemple de faciliter la communication entre les habitants, la mairie et ses partenaires pour signaler un problème de voerie, d'éclairage public ou toute autre anomalie constatée sur l'espace public.

 

  • Croissance économique : de nombreuses start-up utilisent les données publiques comme ressources.

 

La France, à la pointe

Avec la création de ce poste, la France tente de conforter sa position à l'avant-garde de libération des données publiques. Nous sommes d'ailleurs premiers au classement européen et quatrièmes au classement mondial de l'ONU en matière de e-gouvernement.

Guillaume Battin

 


 

Crédits Photo :

PaternitéPas d'utilisation commercialePas de modification Certains droits réservés par Fondapol - Fondation pour l'innovation politique

 

Commentaires