En Corée, un parc d'attraction fait travailler les gosses

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 28 janvier 2014

Réécoute
En Corée, un parc d'attraction fait travailler les gosses
Il n'y a pas d'âge pour devenir un bon capitaliste. A Séoul, le parc d'attraction Kidzania permet aux enfants de gagner leur croûte en exerçant différents métiers. A la fin de la journée, leur salaire durement gagné est converti en jouets.

Qui n'a jamais rêvé de devenir pompier, pilote d'avion, où chef cuisinier ? A Kidzania, c'est possible, dès le plus jeune âge. Dans cette ville miniature, les enfants peuvent s'essayer à toutes sortes de métiers. Le concept est né à Mexico en 1999, avant d'essaimer en une quinzaine de franchises à travers le monde.


En Corée, où le culte de l'effort et de la réussite est enseigné dès le berceau, Kidzania prend une dimension quasiment idéologique. Les mouflets peuvent choisir des métiers de rêve, mais aussi travailler à la chaîne dans une usine de bouteille, préparer les chambres d'un grand hôtel, cuisiner des burgers ou fabriquer des téléphones... De marque Samsung.

Les temps modernes cc Flickr par samsungtomorrow

   
La plupart des activités sont d'ailleurs sponsorisées par des grandes marques qui trouvent un moyen de sensibiliser leurs futurs consommateurs dès le plus jeune âge. Un objectif mercantile totalement assumé par la directrice du parc :

Quand nous ouvrons une activité, nous avons deux types de clients : les enfants et nos partenaires commerciaux. Nos coopérons avec nos entreprises partenaires pour définir le contenu de chaque activité.


 

Les Kidzos de Kidzania cc James Hart

 

 



A leur arrivée, les enfants ouvrent un compte en "Kidzos", la monnaie locale qui leur est versée en guise de salaire. Plus ils ont de Kidzos à la fin, plus le panier de jouets sera rempli. En 2013, Kidzania Séoul a attiré 500 000 visiteurs. Un deuxième parc devrait être inauguré cette année en Corée du Sud.

 

 

 

 

Reportage signé Frédéric Ojardias, correspondant du Mouv' à Séoul.

 


 

Illustration de couverture : cc Flickr par samsungtomorrow

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires