Dylan raciste ?

L'édito Vendredi 29 novembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Dylan raciste ?
C'est ce que pense le Conseil représentatif de la Communauté et des Institutions croates de France, qui l'attaque pour "incitation à la haine raciale".

 

Drôle d'histoire. On n'associerait pas, là, comme ça, tout de suite, la notion de racisme avec l'image de Bob Dylan, protest-singer devant l'Eternel, symbole de la contre-culture progressiste depuis des décennies. Et pourtant, comme le révèle Slate, c'est bien lui qui est ciblé, au côté du directeur de publication de la version française du magazine Rolling Stone, par une plainte pour "incitation à la haine raciale" déposée, auprès du Tribunal de grande instance de Paris, par le CRICCF, le Conseil représentatif de la Communauté et des Institutions croates de France.

Oui, ce Bob Dylan là. 

 

Qu'est-ce qu'on reproche à Dylan ? C'est une interview qui est mise en cause, donnée l'an dernier à Rolling Stone. Il y parle entre autres de sa vision de l'Amérique contemporaine, ce qui l'emmène à nous dire ceci:

Le problème, c’est que ce pays est trop obsédé par la couleur de peau. [...] Les Noirs savent que certains Blancs n’auraient jamais abandonné l’esclavage, que si on les avait laissé faire, ils seraient encore sous leur joug, et ils ne peuvent pas faire semblant de l’ignorer. Si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd’hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate.


 

Chaud. L'enchaînement est un peu violent à vivre pour les Croates, ce qui peut se comprendre. La plainte a été déposée l'an dernier, sans que les médias ne s'en émeuvent avant que le site anglophone croate Croatian Times ne le dévoile il y a quelques jours. Slate, de son côté, a appris auprès du TGI de Paris que la procédure suivait son cours, sa recevabilité n'ayant pas encore été étudiée.

 

L'étonnement est double: celui de voir un personnage aussi intelligent et "conscient" que Dylan se laisser aller à un raccourci un peu limite, et celui de constater, une fois de plus, la crispation des esprits autour de tout ce qui touche au racisme, les uns et les autres saisissant sans coup férir la justice au premier dérapage. On vit décidément une époque compliquée.

Thomas Rozec

 



> Tous les éditos de Thomas Rozec

> Abonnez vous au podcast, RSS et iTunes

> Crédit Photo Rowland Scherman, National Archives and Records Administration

Commentaires