Du graff à la pub, inventaire général avant réouverture

La Pop au carré Mardi 11 novembre 2014

Réécoute
Du graff à la pub, inventaire général avant réouverture
C'est l'un des grands projets urbains de l'Est parisien, la réhabilitation du bâtiment "des douanes", les anciens Magasins Généraux de Pantin. Après avoir abrité pendant dix ans des centaines de street artistes, le bâtiment fait peau neuve et se prépare à accueillir l’agence de pub BETC. Plus rien à voir avec les graffs mais qu'on se rassure tout a été photographié et référencé dans un livre, Graffiti Général.

 

Graffiti Général est bien plus qu'un livre ou qu'un site internet. C'est un véritable fond de conservation. Dix ans de travail fixé sur pellicule. Des milliers de tags et de graffs photographiés et référencés,  des centaines d'heures de retouches et demodélisation, et surtout une histoire, celle des Magasins Généraux de Pantin.

 

20 000 m2 de graffitis

Les bâtiments depuis un an sont en cours de réhabilitation, ils doivent accueillir prochainement les tous nouveaux locaux de l'agence de pub BETC, filiale du groupe Havas. C'est un projet à la fois énorme et ambitieux avec des bureaux, des commerces, des terrasses, des jardins suspendus, bref pas grand chose à voir avec le street art et tous ces artistes qui ont repeint complètement le lieu laissé à l'abandon pendant dix ans.

Les futurs locataires pour autant n'ont pas souhaité faire table rase du passé et ont commencé l'année dernière à référencer toutes les oeuvres via un site internet baptisé Graffiti Général. Un an plus tard, c'est un ouvrage qui vient compléter ce grand projet de conservation, un livre, baptisé lui aussi  Graffiti Général, et sorti dans le commerce la semaine dernière.

 

Pour immortaliser ces 20 000 m2 de graffitis, BETC a fait appel à deux photographes ultra-connus dans le milieu et amoureux de friches industrielles, Romain Meffre et Yves Marchand auteurs en 2010 d'un livre sur les ruines de Détroit qui  a cartonné partout dans le monde. Ils ont passé  à Pantin trois mois (entre octobre et decembre 2013) à photographier  à la chambre les nombreux graffs et surtout l'incroyable énergie des lieux. Les textes, eux sont signés Karim Boukercha, ancien tagueur, auteur de plusieurs livres sur le street art.

 

 


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

 

Commentaires