Dire "je t'aime" en dothraki

le Reportage de la Rédaction Vendredi 10 octobre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Dire "je t'aime" en dothraki
Que les fans de "Game of Thrones" se réjouissent : David J.Peterson, le linguiste qui a inventé la langue dothraki pour la série de HBO, participe à une appli mobile d'apprentissage de ce dialecte imaginaire. Il vous propose aussi des cours en ligne.

 

MAJ le 10 octobre 2014 : mise en ligne de l'appli et des cours sur Internet pour apprendre le dothraki

 

 

Vous en rêviez : rejoindre cette communauté magique, en être, pouvoir brandir fièrement cette compétence sur votre CV. Vous avez toujours espéré apprendre le dothraki. Ce qui vous permettrait de comprendre des blagues pointues cachées ponctuellement dans Game of Thrones, ou juste de faire marrer les copains. Eh bien une appli est désormais dispo sur iOS pour 3,99$, et avec elle, la langue de Khal Drogo n'aura plus de secret pour vous. "Anha zilhak yera", par exemple. Ca veut dire "je t'aime". Oui, on est un peu fleur bleue, au Mouv'.

 

Extrait de "Breaker of Chains", épisode 3 de la saison 4 de "Game of Thrones" © HBO, 2014

 

Créée en 2009 par David J. Peterson pour les besoins de la série, le dothraki comporte 3.500 mots et une grammaire très précise, qui emprunte ses règles à de nombreuses langues. "Je pioche partout où ça me plait", explique le linguiste. "Par exemple en russe, pour construire un nom féminin, au génitif pluriel, on enlève le suffixe et on ne garde que la racine du mot." C'est la même chose en dothraki.

 

Bon, d'accord, ça n'est pas hyper évident. Vous trouverez des cours sur internet en cliquant ici. Mais les langues vivantes s'apprennent rarement en claquant des doigts, et les dialectes imaginaires non plus. Le plus ancien remonte à l'an de grâce 1516. Thomas More publie alors Utopia, dans lequel il imagine une île paradisiaque, Utopie. Son peuple y vit heureux, à l'abri des injustices. Et les Utopistes parlent l'utopien.

 

Alphabet et vocabulaire extraits de Utopia, de Thomas More (1516)

 

En cinq siècles, de très nombreuses autres langues sont apparues. Beaucoup ont rapidement périclité, mais pas toutes. "Internet a une influence déterminante", assure Marina Yaguello, prof à Paris-VII et auteur d'un livre sur la question au Seuil. "Depuis que tout le monde est connecté, il y a une émulation entre les inventeurs de langues, et toute une documentation est accessible par les locuteurs."

 

Ainsi le klingon, qui n'était supposé être parlé que par les habitants de la planète Kronos (dans Star Trek), a envahi la Terre. On trouve même un Klingon Language Institute qui encourage sa pratique, et en Australie les responsables du site naturel des Jenolan Caves proposent maintenant un audio-guide touristique en klingon. Ben voyons !

 

Kiss Me, de Six Pence None the Richer, repris en klingon par Jen Usellis © Improvised Star Trek, 2013

 

Si ces langues fictives sont avant tout ludiques, d'autres ont des objectifs très différents. "Elles peuvent avoir un intérêt philosophique", développe Marina Yaguello, "certains ont tenté de créer un langage idéal, sans aucune ambiguité ou irrégularité. D'autres voulaient, surtout au XIXe siècle, inventer une communication universelle, qui franchirait les frontières." Le cas le plus connu reste l'esperanto, pratiqué aujourd'hui par des centaines de milliers de personnes malgré la suprématie évidente de l'anglais.

 

Petits rudiments de sindarin et de quenya, les deux principales langues elfiques de Tolkien

 

Plus modestement, Damien Bador, responsable de la linguistique au sein de l'association Tolkiendil, reconnait que son étude approfondie des dialectes elfiques du Seigneur des anneaux ne sert à rien, "comme un tableau ou livre ne servent à rien : inventer une langue est une forme d'art". D'ailleurs, tous les deux ans, les elfophones se retrouvent dans une convention européenne, l'Omentielva, et un concours de poésie y est (notamment) organisé.


Commentaires