Difficile d'être écrivain au Qatar

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 21 avril 2014

Réécoute
Difficile d'être écrivain au Qatar
Gabriel Malika est français. Entrepreneur, il est installé depuis neuf ans au Proche Orient. Il est également écrivain et son dernier roman, "Qatarina", enquête sur l'organisation du Mondial de foot 2022. Vous ne le trouverez pas dans l'Emirat. Il y est censuré.

 

Qatarina, le dernier roman de Gabriel Malika, est dispo dans toutes les bonnes librairies depuis le mois de janvier (aux éditions Intervalles). Un livre d'anticipation basé en Qarabie, un royaume imaginaire qui a fait fortune sur ses sous-sols riches en hydrocarbure et qui s'apprête, en 2022, à organiser la coupe du monde de hole-ball, le sport le plus populaire du monde. Imaginaire ? Pas tant que ça.

Qatarina, de Gabriel Malika, chez Intervalles

 

Gabriel Malika, installé depuis neuf ans au Proche Orient, a habité pendant deux ans au Qatar. Et c'est évidemment son expérience dans l'Emirat qui lui a fourni l'inspiration pour son texte. "Le jour où la FIFA a donné au Qatar l'organisation de la Coupe du monde, je me suis dit que ça n'était pas possible." Au delà de la critique d'esclavagisme moderne sur les chantiers des stades, il ne comprend pas comment la population va pouvoir gérer l'afflux de touristes et de supporters.

 

"Je suis très inquiet. Le moindre débordement crée là-bas un scandale. Une collègue avait partagé un pack de bière à un autre en soirée, sur un parking. Lui a été chassé du pays et elle a été interdite de travailler pendant six mois." Les responsables qataris lui ont expliqué envisager d'affrêter des "petits ghettos de l'alcool". Des bateaux, remplis de bouteilles, qui mouilleront dans la baie de Doha pour les fêtards assoiffés.

 

Le livre a été censuré dans tout le pays. Peut-être parce qu'il vire au scénario catastrophe, le dévergondage de la Qarabie aboutissant, chez Malika, à l'effondrement de la monarchie.

 

Le Qatar, l'autre pays du football, c'est par ici.

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

 


 

Photo de couverture : Cc FlickR Jikatu

Reportage : Nathalie Gillet                          Mise en page : Augustin Arrivé

Commentaires