Des souris et deux hommes

Plan B (best of) Lundi 02 avril 2012

Réécoute
Des souris et deux hommes
Frédéric Bonnaud reçoit Art Speigelman pour son livre Méta-Maus (Flammarion) et l'exposition Co-Mix à la BPI (Paris).

Méta-Maus, un livre de Art Spiegelman publié chez Flammarion.

Maus, c’est une BD choc en deux volumes, parue dans les années 80 sur l’Holocauste, un sujet dont on ne parlait pas encore comme on le fait aujourd’hui. Il se trouve que le sujet hantait depuis toujours son auteur, dont les parents ont été déportés à Auschwitz.

Art Spiegelman a reçu le prix Pullitzer pour cette œuvre qui, depuis, reste un best-seller international ainsi que, pour le public, une façon accessible — en BD — de se confronter à un sujet difficile.

Meta-Maus est, comme nous l’indique son éditeur, « un nouveau regard sur Maus, un classique des temps modernes ». C’est un ouvrage abyssal : il y a le livre, avec une longue interview d’Art Spiegelman par une jeune chercheuse qui a fait sa thèse sur Maus. Le dessinateur explique pourquoi l’Holocauste, pourquoi les souris (il raconte notamment comment, plus ou moins, il a été influencé par Walt Disney!), pourquoi, après les souris sont tout naturellement arrivés les chats, comment il a choisi de les dessiner à la même échelle, il dit, enfin, pourquoi il en est venu à raconter cette histoire en bande dessinée. Il raconte son rapport à son père, assez distant d’abord, puis de plus en plus proche après le suicide de sa mère ; comment Vladek (son père) a égrené ses souvenirs, qui parfois piétinent, se répètent à l’identique mais dont il a tiré l’essentiel dans Maus.

Le tout est agrémenté de dessins, d’ébauches, d’esquisses, de schémas, etc. Le résultat est passionnant, émouvant, magnifique. Comme Maus. Ces ingrédients auraient pu suffire à motiver notre boulimie de Meta-Maus, mais il y a encore mieux, il y a aussi un DVD issu d’un CD-rom paru il y a quelques années. Il propose l’intégrale numérisée de des deux volumes de Maus, à feuilleter avec sa souris et cliquer sur les esquisses restées (heureusement!) dans les nombreuses archives. On peut également y entendre les voix d’Art Spiegelman et de son père… Bref, ça tourne la tête. C’est indispensable et, curieusement, malgré le sujet… plutôt gai!

Co-Mix, une rétrospective de bandes-dessinées, de graphisme et de débris divers, à la Bibliothèque publique d'information du centre Georges Pompidou (paris).

Que ce soit en qualité d'auteur de bande dessinée, d'illustrateur, d'éditeur ou de critique, Art Spiegelman a depuis longtemps dynamité les frontières qui séparent en apparence la culture savante de la pop-culture. À travers Maus, pierre angulaire d'une forme de récit en images que l'on appelle parfois, à tort ou à raison, "roman graphique", Spiegelman a prouvé par l'exemple que la bande dessinée n'était pas condamnée au divertissement pour la jeunesse et qu'elle pouvait aborder avec justesse et intensité un sujet aussi dramatique que l'Holocauste sans renoncer à l'insolence ou à la subversion.
En dehors de Maus, somme monumentale récompensée en 1992 par un Prix Pulitzer, l'oeuvre de Spiegelman se compose à la fois d'histoires courtes et d'instantanés parus dans des revues underground ou dans des magazines prestigieux, mais aussi d'illustrations pour la presse ou l'édition littéraire. Créateur exigeant et perfectionniste, Art Spiegelman révèle, à travers ses images, tout autant que dans le découpage de ses planches, un sens de la composition qui ne cède rien au hasard. Auteur radical au style protéiforme, cet érudit de l'histoire de la bande dessinée a toujours su adapter la forme de son trait à la justesse de son propos. Il a en outre épousé avec intégrité le genre autobiographique, démontrant que le métissage de mots et de dessins propre à la bande dessinée était un medium à part entière et non un sous-genre, et pouvait exprimer les introspections les plus intimes aussi bien que la littérature, les beaux-arts ou le cinéma.

(Lire la suite sur le site de la BPI)

Commentaires