Délit de sale gueule ?

Point G comme Giulia Mardi 25 juin 2013

Réécoute
Délit de sale gueule ?
Johnny, lui, a pris le parti de la chanter, sa gueule. Une manière bruyante de la rendre à la fois belle et détestable. Mais il n’est sans doute ni le premier ni le dernier à se demander pourquoi elle dérange.

Il faut voir la réalité en face : nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne en matière de beauté. Le rêve d’un monde idéal où seule la beauté intérieure compterait est encore loin de devenir réalité. Rien à faire, plus belle gueule tu as, plus favorisé tu es ! Et ce à tous les échelons de la vie. Le plus mignon de la classe est le chouchou de la maitresse, les plus belles plantes décrochent les meilleurs postes et les parents cachent comme ils peuvent leur préférence pour le plus canon de leur tribu.  Le beau semble parfaitement s’allier avec le bon. Même dans les films, rien à faire, les méchants sont toujours les plus laids ! Pourquoi cette discrimination au physique alors ? Notre cerveau serait-il d’avantage sensible au beau ? Si l’ on s’en tient au fait que lors d’un premier contact le langage ne compte que pour 7% et l’apparence physique pour 3/4 on est en droit de se demander si les sales gueules ne dérangent pas.

 

D’où vient ce délit de sale gueule ? Sur quels mécanismes, conscients ou inconscients repose-t-il ? Quel est son impact réel ? On en parle ce soir avec Jean-François Amadieu, sociologue et Liliane Roudière, rédactrice en chef du magazine Causette, partenaire de Point G pour son numéro d’été.


Demain : La rencontre sur internet : une rencontre comme une autre ?

 

Point G se construit avec vous ! Toutes vos questions, toutes vos réflexions sont donc les bienvenues. Et pour ça, vous avez le choix :

-Le répondeur de l’émission : 01 56 40 54 54

-Notre compte Twitter :  @pointgiulia

-Notre page facebook : Point G comme Giulia

-Notre adresse mail : pointg@radiofrance.com

 

Abonnez-vous au podcast : RSS & iTunes

 

Point G comme Giulia : Giulia Foïs

Attachée de production : Julie Verne et Romy Engels

 

Commentaires